Ziguinchor : Longtemps boycotté par les autorités, Mamina Kamara décidé à changer la tendance

Lancé il y a 27 ans, le festival culturel d’Abéné reçoit un allié de taille en la personne du Président du Conseil Départemental de Bignona. Mamina Kamara a décidé de jouer sa partition en s’impliquant davantage dans la gestion des affaires de son espace géographique. Et, pour cette édition, le Festival d’Abéné aura comme Parrain l’actuel Secrétaire Général de l’Anacim.

C’est à la suite d’échanges épistolaires entre le Comité d’organisation du festival et le Conseil Départemental de Bignona que le président de l’institution décentralisée a accepté d’être le parrain de cette édition. Cette union a été scellée dimanche à Abéné où les jeunes ont accueilli Mamina Kamara et les membres de la délégation qui l’accompagnaient à cet effet.

Cette volonté de Mamina Kamara de venir communier avec les populations du deuxième site touristique de la région de Ziguinchor, est un fait nouveau qui mérite d’être porté à la connaissance des autorités publiques régionales et nationales qui ont toujours fait la sourde oreille à chaque fois qu’une invitation leur a été adressée. Excepté, l’ancien S/Préfet de Kataba1, M. Youssou Faye qui avait relevé le niveau de ce festival quasi ignoré par les autorités, élus et fonctionnaires étaient aux abonnés absents.

Malgré la défaite du pouvoir lors de la dernière présidentielle suivi du boycott unilatéral de toutes les activités dans le département de Bignona, Mamina Kamara a essayé de toujours répondre présent auprès des populations

En portant leur choix sur le Président du Conseil Départemental comme le Parrain de la 27ème édition, le Comité d’organisation du Festival d’Abéné rend par la même, hommage à un homme qui a décidé de rester à leurs côtés. En effet, après la cuisante défaite de L’APR à Bignona, les différents responsables avaient décidé de boycotter les manifestations du département. C’est ainsi que les gamous du Fogny, du Blouf, etc s’étaient déroulés en l’absence de toute autorité à l’exception du Président du Conseil Départemental qui avait tenu à respecter le contrat moral qui le liait à ses mandants.

Pour jouer sa partition contre la violence en Casamance, les populations d’Abéné avaient initié ce festival

Selon Karala Coly, l’un des membres du Comité d’organisation du Festival,  » Cette visite et cet échange avec M. Kamara prouve que certaines autorités œuvrent pour les populations qui les ont porté à ces responsabilités. Nous espérons que les autorités administratives joueront leur partition car, elles sont nommées pour veiller au bien-être des populations « .
Pour rappel, ce festival a été initié pour apporter une réponse à la violence qui s’était emparée de la région méridionale. Et c’est en 1992 que des jeunes ont décidé de lancer un appel pour le retour de la paix à travers un festival. Les gambiens, Bissau Guinéens et d’autres nationalités en ont fait un festival de dimension internationale même si les autorités locales ont toujours boycotté le rendez-vous.
À espérer qu’avec cette implication du Président du Conseil Départemental de Bignona, le festival connaîtra une nouvelle trajectoire au bénéfice exclusif des populations.

Amsatou Barrow

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici