Viols présumés sur ADJI SARR : Atlanticactu vous plonge dans les secrets du « tamponnage » d’Ousmane Sonko en Octobre 2020

@Atlanticactu.com – Plus d’une semaine après la bourrasque qui continue d’alimenter les débats au Sénégal, Atlanticactu a mené des investigations pointues pour cerner les contours du piège dans lequel Ousmane Sonko le président de Pastef est tombé. Il ne fait plus aucun doute que le candidat à la dernière présidentielle a été « tamponné » dès la 3ème séance de massage. Dans cette enquête, les details de toute l’opération qui a nécessité une véritable logistique digne des apprentis espions dont le nommé Sidy Hameth Mbaye, le rejeton d’un responsable politique de la mouvance présidentielle.

Tout d’abord, il faut comprendre quelques fondamentaux notamment «Les techniques pour manipuler qui sont vieilles comme le monde. Elles reposent sur quatre leviers», L’argent, l’idéologie, la compromission, la contrainte et l’ego.  Ce qui fait dire à Christian Amouzou, Gérant intérimaire du Cabinet SICO, spécialisé dans les enquêtes privées que la solution de l’affaire Sonko/Adji Sarr est à mettre dans l’un des registres ci-dessous.

«Tout ce qui tourne autour de l’argent, l’appât du gain. Tout ce qui est lié à l’idéologie, essayer d’approcher une personne à travers les convictions qu’elle développe. Tout ce qui concerne les contraintes, les menaces. Le quatrième axe, assez important, est tout ce qui tourne autour de l’ego», renseigne le spécialiste de la sécurité privée.

Une amie qui pendant des mois, a hébergé la nommée Adji Sarr consent à aider à soulever le voile de cette fille que rien ne prédestinait à être à l’origine de l’un des plus grands scandales politiques du Sénégal. Defa, c’est son surnom, fait des révélations sur les changements de sa « collègue » quelques deux semaines après leur première rencontre avec Ousmane Sonko.

« C’est le 14 novembre 2020, un samedi qu’Adji est arrivée au studio avec des effets nouveaux, un nouveau téléphone et de l’argent. Elle était accompagnée d’un certain Sidy Hamet Mbaye m’a offert 50.000 francs avant de me dire qu’elle allait en week-end jusqu’au lundi », renseigne Defa.

Selon la « colocataire » de Adji ou plutôt Alice qui est son nom de guerre, « Au début du mois de décembre, nous avons commencé à avoir des problèmes parce que régulièrement des 4X4 se garaient en bas de l’immeuble pour la déposer ou la prendre. Malgré mes avertissements, Adji pensait que je la jalousais jusqu’au jour où elle a eu des problèmes avec un monsieur qui l’a conduit à la gendarmerie pour une sombre accusation de vol. Par hasard, son copain Sidy gérera l’affaire ».

« S’il faut chercher celui qui a mis ces sordides idées dans la tête de ma copine, c’est ce monsieur là (montrant une photo du monsieur dans une Prado sur son téléphone). Sur les raisons de cette accusation, Defa sans pincettes, dit, « À chacune de nos discussions entre filles, Adji Sarr me disait régulièrement que son copain lui demandait de « bien s’occuper » du député Ousmane Sonko qui serait son ami et ce, sans lui en parler ».  Une attitude très louche, pour Defa qui révèle que son amie avait « trop peur » de ce monsieur qui la manipulait au point de lui promettre un voyage en Espagne où Adji Sarr a des parents.

Ces piliers de la manipulation sont appelés Mice en anglais (pour moneyideologycompromise et ego), ou Vice en français (pour vénal, idéologie, compromission (ou contrainte) et égo). L’actuel patron du Cabinet SICO parle aussi du «sexe, au sens large, sexe et amour», comme un levier efficace pour manipuler, en le rapprochant de de la «compromission» et révèle que le leader de Pastef est tombé sur une fille victime d’une manipulation faite de contrainte et de menaces.

Aussi longtemps que les hommes seront faillible, la logique de la contrainte et de a menace a été oussée à son extrême dans le cadre d’une infiltration externe comme dans l’affaire Ousmane Sonko. Adji Sarr qui devait quitter Sweet Beauté une semaine après la première séance de massage de Sonko, a-t-elle été briefée pour rester?

Pour celle qui avait hébergé la native de Diamniadio (Îles du Saloum), « c’est à partir de ce moment que tout a basculé. Je ne pouvais pas penser un seul instant que les coups de fils qu’elle donnait en parlant de M. Ousmane Sonko à son interlocuteur invisible pouvaient être aussi dévastateurs ».

Avant de travailler au niveau de Sweet Beauty, Adji Raby Sarr surnommée Alice était masseuse dans un salon de massage sis à Yoff Apecsy. En début d’année 2020, Adji, le gérant et d’autres masseuses avaient été arrêté et déférés au parquet pour non inscription au fichier sanitaire (NIFS), prostitution et proxénétisme à l’encontre du gérant de l’institut. Le juge avait prononcé des peines différentes aux inculpés, allant d’un mois à 6 mois de prison.

Après cette aventure qui a coïncidé d’avec la pandémie, la petite Adji qui était hébergée à Nord Foire par une ancienne « collègue » du nom de Defa, avait noué une relation avec l’un de ceux qui l’avait interpellé. Selon Defa, « c’est ce monsieur qui a conseillé à Adji Sarr de s’approcher de Sweet Beauty qui cherchait des masseuses. C’était à la fin du mois de septembre ou au début du mois d’octobre ».

« Le premier jour où elle s’y rendait, nous étions ensemble parce que j’étais également à la recherche de travail », nous apprend Defa. Selon la « collègue » de l’accusatrice du député Ousmane Sonko, « Dès le premier jour, la propriétaire du salon nous a averti qu’elle ne tolerait pas certaines pratiques notamment des actes sexuels chez elle et c’est à cause de ces interdits que j’ai quitté car pour nous masseuses, il n’y a que les extras qui nous rapportent de quoi vivre car les salaires sont entre 50.000 et 75.000 francs par mois ».

« La première fois que j’ai vu Ousmane Sonko, c’était une semaine avant mon départ et c’est Adji Sarr et moi qui nous sommes occupées de lui », révèle Defa 

« C’est le 27 octobre aux environs de 20heures 45 que le député est arrivé et à quitté à 21 heures 30. Je me rappelle de l’heure parce qu’il n’avait pas désiré prendre une douche sur place et que ce jour, étant mon anniversaire, mes amis m’attendaient justement devant l’institut de beauté pour aller fêter ça », explique Defa qui confirme que c’était la première et la dernière fois qu’elle voyait le parlementaire ».

À cause des interdits de certaines pratiques édictés par la dame Ndèye Khady qu’on appelle  Fina Coulibaly, Sweet Beauté fait partie des instituts de beauté les plus respectables à Dakar, nous a confié une source policière en service au commissariat central de Dakar. Pour le limier, « Sweet Beauté est l’un des rares salons de massage où nous avons eu à effectuer des descentes, en plus n’eut été cette mauvaise publicité sous fonds d’accusation de viol, plusieurs hauts fonctionnaires et cadres s’y rendent régulièrement ».

Si les éléments du commissariat central décernent une quitus à l’établissement de la dame Fina Coulibaly, ce n’est pas pour autant que l’amie de Adji Sarr va y faire de vieux os. Sachant qu’elle ne pouvait gratifier ses clients qui commençaient à fréquenter Sweet Beauté de « finitions », elle avait décidé de voir ailleurs. « J’avais convaincu Adji de quitter et rejoindre le nouveau salon de Mamyto ouvert vers le Virage de Ngor mais cinq jours après le passage de M. Ousmane Sonko, elle a changé d’avis ».

Cheikh Saadbou Diarra 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici