Trafic international de drogue : Le Sénégalais L.MB. arrêté à l’aéroport avec 1, 6 kg de cocaïne

Décidément, les sénégalais sont connus comme des grands voyageurs. Et, ce ne serait point une surprise de retrouver certains compatriotes dans les coins les plus reculés de la planète. Mais, si certains voyages pour effectuer des affaires tout à fait légales, il existe par contre une catégorie qui s’adonne à des pratiques illicites comme le trafic de drogue. Ce qui est le cas du sénégalais L.MB. qui a été arrêté samedi dernier à l’aéroport Tan Son Nhat du Vietnam en possession d’1,6 kg de cocaïne caché dans son estomac, après avoir traversé plusieurs pays sans être inquiété.

C’est son comportement suspect qui a alerté la police anti-drogues et les douaniers de l’aéroport de Tan Son Nhat, Ho Chi Minh Ville. Sa réaction due à une nervosité disproportionnée et le fait qu’il ait voulu contourner les contrôles d’usage ont conduit à son arrestation.

Après des palpations d’usage et son pouls très élevé, les policiers ont décidé de le faire passer au scanner et les images vidéos ont montré qu’il avait ingurgité des objets que les forces de police suspectaient d’être de la drogue.

L’homme âgé de 39 ans a été conduit à l’hôpital, où un examen plus approfondi a révélé la présence de 77 capsules de cocaïne, pesant 1, 6 kilo, d’une valeur de 10 milliards de VND (431 000 $).

Selon Alain Diatta, un sénégalais officiant dans une société informatique basée au Vietnam et qui apporte son soutien à nos compatriotes, la ville est en train de passer pour un véritable carrefour de la drogue par les trafiquants, en raison de son emplacement et de la qualité de ses infrastructures routières, maritimes et aériennes.

Au Vietnam, en dépit de la législation la plus sévère au monde concernant la drogue, le trafic et la consommation semblent toujours en hausse. D’où l’inquiétude des sénégalais vivants en Asie qui ont lancé un appel aux autorités pour apporter un soutien au jeune homme qui risque la peine capitale.

Les personnes reconnues coupables de possession, ou de contrebande de plus de 600 grammes d’héroïne ou de plus de 2,5 kg de méthamphétamine encourent la peine de mort. De même, la production ou la vente de 100 grammes d’héroïne ou de 300 grammes d’autres stupéfiants interdits (cannabis, ecstasy) sont passibles de la peine de mort.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici