vendredi, 3 décembre 2021 06:53

Trafic d’armes et de drogue : Fin de cavale pour Pierre Conrad Dadak arrêté en possession d’un passeport diplomatique….

Les plus lus

@Atlanticactu.com – Au mois de juin dernier, la presse française avait révélé un trafic de passeports diplomatiques Bissau guinéens délivrés à des personnages connus comme des trafiquants notoires. Suzy Borbaza l’a ministre des Affaires Étrangères de ce petit pays lusophone, s’était empressée de démentir sans convaincre l’information. En fin de semaine dernière, la police catalane a arrêté Pierre Conrad Dadak, un milliardaire français célèbre pour être un « chef de guerre ». Il se trouvait dans le quartier de Ciutat Vella, en plein centre-ville de Barcelone et fait insolite, l’homme recherché depuis longtemps, a présenté un passeport diplomatique aux policiers.

Le célèbre milliardaire Pierre Conrad Dadak plus connu sous le pseudo de « War Lord » a été arrêté à Barcelone avec le passeport diplomatique de la Guinée-Bissau. Il est accusé de trafic d’armes à destination de dictateurs africains et origines de plusieurs coups d’État.

Deux mandats d’arrêt planaient sur Pierre Conrad Dadak pour des charges telles que le trafic d’armes. Le milliardaire français est poursuivi pour avoir collaboré avec certaines dictatures africaines. L’un des mandats d’arrêt pour lesquels le signalement a été lancé provient d’un juge de Marbella au motif d’un blanchiment d’argent. La toile d’araignée mafieuse s’étend jusqu’en Allemagne, pays qui demande d’ailleurs l’extradition du Français.

L’arrestation a eu lieu à Ciutat Vella, Barcelone, et deux mandats d’arrêt pesaient sur lui. C’est que des accusations aussi graves, comme le trafic d’armes qui auraient servi à certaines dictatures africaines, lui tombent dessus.

L’un des mandats d’arrêt pour lesquels l’alerte a été émise a été émis par le 5e tribunal de Marbella pour délit de fraude. Par ailleurs, la Cour nationale supérieure le dénonce pour blanchiment d’argent. Une affaire qui s’étend à l’Allemagne, qui demande son extradition.
Il a été arrêté en 2016, à son domicile d’Ibiza, en Espagne, pour avoir vendu 200 000 armes comme des AK47 et des chars au Soudan du Sud. Il a également des liens avec la mafia italienne.

Son nom est apparu à plusieurs reprises sur les ordinateurs des services de lutte contre le trafic de drogue notamment en Afrique de l’Ouest où ses relation avec la Ndanghreta sicilienne lui avaient permis d’investir dans l’immobilier en Gambie, dans les îles Bijagos et au Sénégal, selon des sources proches des Mossos d’Esquadra qui l’ont arrêté, selon Periodico de Ibiza 

Dadak contrôlait depuis l’Espagne un réseau de vente d’armes et de blanchiment d’argent capable de déplacer « entre 27 et 30 millions d’euros par mois », selon ses propres termes enregistrés par la police lors d’écoutes. Depuis un luxueux manoir situé à Sant Josep De Sa Talaia, dans le sud de l’île, Dadak a transféré des fonds à Dubaï, en Thaïlande, au Vietnam, aux États-Unis, en Gambie et au Soudan, et a vendu des armes à Oman, en Pologne, en Colombie, en Bulgarie, en République tchèque, en Tunisie, au Nigeria, en Angola, en Inde et au Brésil. Dans son garage dormaient trois Bentley, deux Porsche, deux Ferrari, une Lamborgini Gallardo et une Aston Martin. La villa était sécurisée par des gardes du corps formés par l’armée.

En 2016, des agents ont eu des alertes contre lui à l’autre bout du monde ; La France, la Suisse, l’Allemagne, la Belgique, la Pologne, le Royaume-Uni et même le FBI américain étaient à la recherche de ce « War Lord » polonais qui se cachait à Ibiza. Depuis l’île, Dadak a poursuivi ses tractations avec des dirigeants africains corrompus, avec d’anciens agents des services secrets, avec la mafia marseillaise qui gère le trafic de drogue dans le sud de l’Europe, ou avec Solntsevskaya, l’une des organisations mafieuses les plus dangereuses de Russie. Et cela signifie beaucoup.

Le résumé de l’affaire montre que Dadak contrôlait en Espagne un réseau de vente d’armes et de blanchiment d’argent capable de virer « entre 27 et 30 millions d’euros par mois », selon ses propres termes. Depuis un luxueux manoir situé à Sant Josep de Sa Talaia, dans le sud de l’île, Dadak a déplacé des fonds à Dubaï, en Thaïlande, au Vietnam, aux États-Unis, en Guinée Bissau, en Gambie ou au Soudan et a vendu des armes à Oman, en Pologne, en Colombie, en Bulgarie, au République Tchèque, Tunisie, Nigeria, Angola, Inde ou Brésil. “Je ne parle pas de missiles par ici”, a-t-il déclaré. Devant la galerie, Dadak était un homme à succès. Un homme d’affaires capable de dépenser 7 295 euros dans un établissement de haute couture de la rue Serrano ou 27 000 euros en jet privé pour s’envoler pour Monte Carlo.

L’enquête internationale demandée par le Premier ministre Bissau guinéen Nuno Nabiam et le refus de la présidence de collaborer, ont été déterminants dans la localisation de Pierre Conrad Dadak, soupçonné d’être le véritable propriétaire du mystérieux Airbus A-340 qui suscite moult questions 

Aussi bizarre que cela puisse l’être, les policiers espagnols ont réussi à tracer la présence de Pierre Conrad Dadak en Gambie au moment même où l’Airbus A-340 décollait pour Bissau le 29 octobre dernier et lui, reparti vers une destination inconnue, renseigne notre source.

Pour compliquer le suivi de ses comptes, Dadak – arrêté en juillet dernier sur ordre du Tribunal national – a utilisé à Ibiza une carte de crédit qui a effectivement été contractée à des milliers de kilomètres de là, en Lettonie. Dans son garage se trouvaient trois Bentley, deux Porsche, deux autres Ferrari, une Lamborgini Gallardo et une Aston Martin. Une équipe d’escortes avec une formation militaire gardait la maison – l’une d’entre elles était finaliste en arts martiaux mixtes – avec deux chiens dressés.

Pour faire le tour du monde, l’homme d’affaires né en France en 1976 (et donc de double nationalité franco-polonaise) a utilisé un passeport diplomatique de Guinée-Bissau , pays accusé par les États-Unis de fournir ce type de service aux barons de la drogue. Le 10 novembre 2014, c’est la police belge qui a détecté un transfert d’importants montants avant d’alerter Europol.

Les enquêteurs affirment que Dadak a également pu utiliser son entreprise dans le pays africain pour camoufler les opérations de vente d’armes coordonnées de l’Espagne. Le 23 décembre 2013, un collaborateur de Dadak surnommé Lorrain l’a appelé pour proposer un accord d’armement au Sultanat d’Oman. L’intermédiaire de l’opération est un Latino-Américain du nom de Marco Rossini. Les rapports de la police espagnole identifient Rossini comme « un agent du FBI américain à la retraite ».

Cheikh Saadbou DIARRA 

 

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents