Terrorisme : Après le Sommet du G7, le Président Roch Marc Kaboré organise une rencontre le 14 septembre

À peine le Sommet du G7 où il a été invité a baissé ses rideaux que le Président Burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré convie ses pairs à une rencontre sur la situation du Sahel le 14 septembre prochain à Ouagadougou. Le Burkina Faso abritera le 14 septembre prochain une réunion de haut niveau sur le terrorisme dans le Sahel, a annoncé dimanche le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré, selon la Présidence du Faso.

« Je voudrais aussi noter qu’au-delà du partenariat dont nous avons parlé au niveau des pays côtiers comme la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Ghana et le Togo, nous avons un travail qui se fait pour que ces pays participent à la sécurisation et à la lutte contre le terrorisme. Le 14 septembre prochain, nous allons avoir une réunion à Ouagadougou de l’ensemble de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) pour discuter encore de cette question du terrorisme dans notre sous-région », a déclaré dimanche M. Kaboré à la séance de travail G7-Afrique à Biarritz, en France.

« Nous sommes cinq aujourd’hui, nous nous battons contre le terrorisme avec l’appui d’un certain nombre de partenaires mais c’est quelque chose qui est susceptible d’extension parce que c’est comme un cancer qui se métastase, et forcement la métastase va nous créer des problèmes impossibles à résoudre », a souligné M. Kaboré, par ailleurs président en exercice du G5 Sahel.

Il a ajouté que les liens entre la sécurité et le développement sont vraiment étroits et que « nous comptons sur le G7 pour que nous puissions avoir un partenariat plus solide ».
« Nous avons, aussi bien en termes d’équipements que sur le plan économique, eu des annonces qui ont été faites au profit du G5 Sahel, et nous attendons que tout cela se mette en œuvre. C’est-à-dire que nous soutenons les programmes et projets de partenariat. Maintenant, il faut que l’on puisse mettre un contenu précis à ce partenariat pour le rendre efficace », a-t-il préconisé.
Le président burkinabè a rappelé qu’aujourd’hui, 18 à 32% du budget des pays du Sahel est consacré à la sécurité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici