Sommet des pays arabes : Le roi d’Arabie appelle les pays du Golfe à se mobiliser contre les « actions criminelles » de l’Iran

Arab League leaders are posing for a family picture ahead of the extraordinary Arab summit held at al-Safa Royal Palace in Mecca on May 31, 2019. - Arab and Muslim leaders began gathering in the holy city of Mecca for three summits, as host Saudi Arabia seeks to rally support against Iran after a series of attacks that have sparked fears. (Photo by BANDAR ALDANDANI / AFP)

Le roi Salmane d’Arabie saoudite s’est livré à une violente charge contre l’Iran devant ses pairs du Golfe et de la Ligue arabe, réunis vendredi 31 mai dans la ville sainte de La Mecque, dans l’ouest de l’Arabie saoudite, à la suite d’attaques qui ont ravivé les tensions régionales. Le souverain saoudien a appelé ses partenaires du Conseil de coopération du Golfe (CCG) à se dresser ensemble, en dépit de leurs divisions, contre les « actions criminelles » de l’Iran.

En réponse, le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Abbas Moussavi, a accusé l’Arabie saoudite de « semer la division entre les pays musulmans et dans la région ». « Nous voyons dans les tentatives de l’Arabie saoudite de mobiliser les pays voisins et arabes contre l’Iran le prolongement des tentatives futiles de l’Amérique et du régime sioniste » (Israël), a-t-il ajouté.

Sabotage de navires à l’entrée du Golfe, attaques contre des installations pétrolières saoudiennes, ingérences dans les affaires de ses voisins et menaces contre l’approvisionnement en pétrole du marché mondial : tels sont les principaux griefs formulés par le roi saoudien, à la tête d’un royaume sunnite, à l’encontre de son grand rival chiite, l’Iran.

Le Roi Salman demande un soutien à la stratégie américaine

A propos des liens avec les Etats-Unis, les pays du CCG ont renouvelé leur « appui à la stratégie américaine à l’égard de l’Iran, y compris en ce qui concerne les programmes nucléaire et balistique de ce dernier, ses activités de déstabilisation, son soutien au terrorisme et aux activités hostiles du Hezbollah, des gardiens de la révolution et de la milice des Houthis » au Yémen.

A l’ouverture du sommet arabe, qui a suivi la première réunion, le roi Salmane a repris les mêmes arguments, appelant notamment les pays du monde à « user de tous les moyens » pour dissuader l’Iran. Le roi saoudien n’a pas mâché ses mots face à Téhéran, alors que Ryad s’était abstenu jusqu’à présent de mettre en cause directement l’Iran dans les récents incidents qui ont fait monter la tension dans le Golfe.

Certes, le ministre saoudien des affaires étrangères, Ibrahim Al-Assaf, a une nouvelle fois fustigé mercredi soir l’« ingérence » iranienne, mais le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, en visite le même jour à Abou Dhabi (Emirats arabes unis), s’est montré plus direct, en soutenant que l’Iran était vraisemblablement derrière les actes de sabotage du 12 mai contre des pétroliers au large des Emirats.

L’Iran a rejeté comme « risibles » les accusations de John Bolton, perçu comme le principal instigateur de la politique américaine d’extrême fermeté face à l’Iran. « M. Bolton et les autres bellicistes qui recherchent le chaos devraient savoir que la stratégie de patience, la grande vigilance et la préparation défensive optimale de l’Iran empêcheront la réalisation de leurs désirs diaboliques dans la région », a déclaré le porte-parole iranien des affaires étrangères.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici