Sénégal : Un officier de la Marine marchande bloqué illégalement au Maroc depuis 7 mois

@Atlanticactu.com – Triste affaire que celle de cet officier de la marine, Jean-Pierre Ndioukane Ndecky un sénégalais naturalisé espagnol, a quitté le port de Caletas (région de Malaga en Espagne) depuis le mercredi 7 octobre 2020 à destination de Bissau. A bord de son yacht dénommé Berta II immatriculé en Espagne, il a dû faire face à des problèmes techniques qui l’ont poussé à chercher assistance au Maroc. Entre tracasseries policières et dépenses imprévues, l’officier déplore le traitement qui lui est réservé ainsi que le silence des autorités sénégalaises sur son sort depuis sept mois qu’il est « kidnappé »au port de Kenitra.

« Détention arbitraire »

Dans un Sos qu’il lance à travers nos colonnes, le capitaine Ndioukane Ndecky dénonce un traitement injuste et injustifié. « Je suis pilote au long cours, capitaine de la marine marchande Sorti du port de Caletas le mercredi 07 octobre 2020 à 17 heures 02 minutes à destination de Bissau en passant par Dakar pour la visite familiale. Problème le samedi 10 octobre à 21 heures 40 minutes après le passage à Gibraltar et à Tanger où j’ai fait les tests du Covid-19 avec les résultats négatifs. Suite au refus de me donner le carburant à Larache, et suite au refus d’assistance à la vie humaine en danger d’extinction en mer, (Obligation de SOLAS”Safety Of Life At Sea”) conformément à la Convention Internationale Maritime, après des heures en dérive, après avoir lancé trois fusées de détresse, je me suis trouvé à la plage sauvage de Kénitra à 01heure 01minute sous la présence des hauts Officiers de la Gendarmerie Royale, de la Marine Royale, de la Police et des Autorités Civiles. Après la fouille légale du bateau de bout en bout, je suis précipité à la brigade de la gendarmerie, laissant mon bateau à son sort. Détenu pendant six jours de façon purement arbitraire et sous la menace de refoulement en Espagne sans mon appareil, j’ai affronté loyalement la situation où je suis sans mon passeport ni les documents de mon bateau. Ayant sollicité la demande d’autorisation de m’embarquer avec mon bateau par voie terrestre à destination de Dakar puis Bissau depuis le 23 novembre 2020 au ministre de l’Intérieur sans aucune réponse, le jeudi 31 décembre 2020, après le contrôle minutieux du bateau par les autorités compétentes, j’ai quitté Kénitra à destination d’Algésiras-Espagne à 15 heures 11 minutes. À 19 heures 37 minutes, à la position : Latitude 35 degrés 1.98 minutes N et Longitude: 006 degrés 18.93 minutes W, mon bateau tomba en panne pour le même câble de direction. À 00 heure 33 minutes je fus remorqué par le bâteau SAR”Search And Rescue” pour le port de Kénitra de nouveau » explique Jean-Pierre Ndioukane Ndecky. Malgré les correspondances adressées aux autorités marocaines, sa situation n’évolue pas. Il tient à préciser qu’on ne peut pas lui reprocher d’être entré de manière illégale au Maroc dans la mesure où il était dans un cas de force majeure. «  La Réglementation Maritime Internationale confère à Tout engin en navigation de passage (c’est à dire en Transit), le droit d’entrer dans Tout Port en cas de forces majeures telles que l’Avarie, la maladie, le ravitaillement en provisions, les conditions météorologiques défavorables pouvant mettre en danger la vie humaine…). Suite au refus de se soumettre aux lois de l’Itf, de les respecter et de les mettre en pratique, mon bateau a enregistré d’énormes dommages dont les réparations m’ont coûté 24.030 Dihrams, soit 2.403 euros, entre autres sans aucune satisfaction. Sans parler de ma détention qui continue toujours au port de pêche de Kénitra où je suis privé de sortie » dénonce-t-il.

« Grève de la faim »

Dépité, le capitaine de la marine marchande dit avoir entamé une grève de la faim au mois d’avril, avant d’être dissuadé par ses compatriotes sénégalais sensibles à sa situation. « Je n’ai commis aucune infraction, pourtant je suis privé de mes libertés primaires depuis sept mois et j’ai subi depuis lors des dommages sur tout le système propulsif de mon bateau. J’ai entamé une grève de la faim le vendredi 23 avril, pour protester mais je suis revenu à de meilleurs sentiments suite à la mobilisation en ma faveur de la communauté mankagne qui m’a insisté pour que je ne mette pas ma vie en péril. Je viens de recevoir un appui d’environ 130 000 francs Cfa de l’ambassade du Sénégal au Maroc qui a été aussi sensibilisée.  Visiblement le commandant de la brigade maritime ne tenait pas à ce que mon dossier soit diligenté. Les renseignements généraux sont venus me voir pour savoir ce qu’il en est réellement » explique Jean Pierre Ndioukane Ndecky. Il interpelle toute bonne volonté en mesure de plaider sa cause, pour qu’il soit mis un terme à ce qu’il assimile à des mois d’isolement et de souffrance physique et morale.

Source : Tribune

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici