mercredi, 5 juin 2024 19:05

Sénégal : Non ouverture de l’UCAD, plusieurs étudiants arrêtés à Diourbel, Mbour, Dakar…. (Vidéo)

Les plus lus

Sénégal
Atlanticactu/ Diourbel/ Dakar/ Cheikh Saadbou Diarra
Déboussolés par le jeu de yoyo de l’État sur l’ouverture de l’Université Cheikh Anta DIOP de Dakar, des étudiants ont tenu à manifester leur désapprobation tant à Dakar qu’à l’intérieur du pays où plusieurs d’entre eux ont été arrêtés par la Police. Malgré les interventions, les 18 autres manifestants restent détenus dans les locaux des commissariats des régions précédemment mentionnées.
Au nombre de vingt-et-une arrestations procédées par les policiers dont 3 à Mbour, 5à Dakar, 8 à Kaolack et 7 à Diourbel, le groupe des trois étudiants interpellés à Mbour a finalement été relâchés sur ordre du Procureur de la République, selon des sources policières. Les dix-huit restants sont accusés d’être impliqués dans les manifestations émaillées de violences contre les forces de l’ordre.
La gronde des étudiants de l’UCAD ne se limite pas seulement à Dakar. Alors que plusieurs responsables d’étudiants avaient prévu une conférence de presse ce lundi 23 octobre avant d’être gazés et dispersés par les policiers, leurs camarades à Diourbel ont également haussé le ton pour réclamer la reprise des enseignements à l’UCAD. A Diourbel, 7 étudiants ont été arrêtés par la police avant d’être placé en garde-à-vue.
À Diourbel les sept étudiants de l’UCAD arrêtés alors qu’ils protestaient contre la non ouverture de l’université ont été placés en garde-à-vue au commissariat urbain de la ville. Selon les informations d’Emedia, ils ont été arrêtés pour avoir délogé plusieurs élèves du lycée Cheikh Mouhamadou Moustapha Mbacké, ceux du lycée technique Cheikh Ahmadou Bamba et enseignement général. Les élèves du CEM ex CEMT, en réclamant la reprise des cours à l’UCAD.
Pour rappel, l’État refuse d’autoriser l’ouverture de l’Université Cheikh Anta DIOP de crainte de voir de nouvelles manifestations comme celles qui sont à l’origine de la mort de plusieurs dizaines de personnes et de centaines d’arrestations. Sans compter la volonté affichée d’empêcher Ousmane SONKO le chouchou des jeunes de participer à la prochaine présidentielle prévue en février 2024.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents