vendredi, 27 mai 2022 22:07

Prodac : Une gestion familiale sous fonds de bamboula ruine les derniers espoirs

Les plus lus

C’est la bamboula à nouveau au Prodac. Comme une vache laitière, les mamelle de ce programme destiné aux jeunes ne font qu’en graisser les dirigeants nommés pour apporter une réponse à la politique de jeunesse et satisfaire la promesse présidentielle de 500 000 emplois. Mais, à y voir de plus près l’impunité érigée en règle malgré les rapports des corps de Contrôle, fait que la délinquance financière a de beaux jours au Prodac.

En l’espace de quelques semaines, Pape Malick Ndour, coordonnateur national du PRODAC, a supprimé plus d’une cinquantaine d’emplois au motif de dégraisser l’effectif et a aussi servi des pelles de notifications de ponctions sur salaires à des agents. Au même moment, renseignent nos interlocuteurs, il recruterait à tort et à travers ses propres parents de Nguinguinéo.

Il aurait, selon les mauvaises langues, promu deux retraités avec des salaires mensuels faramineux qui pourraient permettre de recruter une vingtaine de jeunes. Il aurait ainsi nommé son ancien instituteur comme conseiller spécial, un poste qui n’existe nulle part dans l’organigramme du programme.

Ce même conseiller se permet de notifier des ponctions allant jusqu’à 18 jours sur les salaires des agents comme mesure disciplinaire, des mises à pied et d’autres sanctions qui ne figurent dans aucune convention dans ce pays. Sur les lettres envoyées à tous les agents qui ont vu leurs salaires ponctionnés ou bloqués, est apposée la signature du conseiller spécial qui signe à la place du coordonnateur national.

Gabegie et bamboula familiale, le nouveau Dg Pape Malick Ndour sur les traces de ses prédécesseurs

Au niveau de SEFA, l’activité piscicole dirigée par des jeunes est tombée à l’eau et les sociétaires des GEA (Groupements d’Entrepreneurs Agricoles) sont au chômage. Le coordonnateur serait le seul détenteur du rapport d’audit du B.O.M, dont il refuse de partager les conclusions.

D’après une information fuitée de ce rapport, les auditeurs lui suggèreraient de supprimer le poste de conseiller spécial qu’il a créé dès son arrivée au PRODAC mais il s’entête à maintenir ce poste de complaisance. Il a nommé l’ancien DAF Boucar Diouf à ce poste récemment. Toujours dans le rapport d’audit du B.O.M, on lui aurait notifié de supprimer aussi le poste de SPM 2 (Spécialiste de passation des marchés). Parmi les agents dont les contrats ont été bloqués, figure un jeune de Kolda qui travaille au DAC de Fafacoura (Kolda).

Il percevait un salaire mensuel de 200.000 F CFA, mais dès que Mame Boye DIAO (DG des Domaines) a été mis au parfum, le coordonnateur a non seulement renouvelé le contrat de l’agent, mais encore a augmenté son salaire à hauteur de 750.000 FCFA et l’a nommé comme Responsable Suivi-évaluation affecté à Matam, puis en un temps record muté à Kolda.

Depuis qu’il est arrivé au PRODAC, Pape Malick Ndour a recruté 13 personnes dont ses propres frères et cousins à travers les DAC (domaines agricoles communautaires).

La Rédaction

Source Dakarmatin

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Les plus récents