Pétrole : Après le Sénégal, BP convoite le gisement de la Gambie

Le géant britannique du pétrole continue sa razzia sur les ressources naturelles en Afrique de l’Ouest. Après avoir réussi la prouesse de détenir la majorité des parts dans les gisements pétroliers de Saint-Louis et Kayar Offshore, voilà que la supermajor BP vient d’obtenir du gouvernement gambien un contrat d’exploration sur les ressources offshore de ce pays. En procédant de la sorte, BP coupe l’herbe sous Les pieds d’un autre géant, le français Totsl en l’occurrence.

Se prononçant sur le contrat accordé à BP, le ministre gambien du Pétrole et de l’Energie, Fafa Sanyang, précise que le géant britannique s’était d’abord engagé à mener une étude d’impact environnementale du bloc offshore A1.

Les blocs A1 et A4 étaient auparavant soumis à une licence de la African Petroleum Corporation de Franck Timis, qui a été annulée par le gouvernement du président Adama Barrow en 2017 après son expiration. Les deux parties font actuellement l’objet d’une procédure d’arbitrage, lancée par la société en octobre 2017. Aucune résolution n’a été annoncée. Les deux blocs contiendraient jusqu’à 3 milliards de barils de pétrole et reposeraient juste au sud de la découverte SNE du Sénégal.

Bordée par le Sénégal, la Gambie est l’un des plus petits pays d’Afrique et possède un littoral de 80 km. Compte tenu du succès des campagnes d’exploration menées par le Sénégal de 2014 à ce jour, le pays espère attirer des acteurs internationaux du pétrole et du gaz dans ses six blocs offshore.

Le président Adama Barrow s’est engagé à relancer le secteur national du pétrole et du gaz, après deux décennies de décision autocratique de Yaya Jammeh, qui a paralysé la croissance économique du pays.

Malgré nos tentatives pour le faire réagir,BP n’a pas encore communiqué officiellement sur ce sujet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici