Paris : 400 kg de drogue et 900.000 euros saisis par la police, un fils d’un ancien ministre sénégalais en fuite

Après la « galaxie Gadio » de Compiègne démantelée il y’a quelques années, c’est l’un des réseaux de trafic de drogue à partir des Pays Bas qui vient de prendre un sacré coup. La saisie se compte en dizaines de kilos et centaines de milliers d’euros. Lundi matin, les enquêteurs de la Sûreté territoriale ont découvert 22 kg de cocaïne, 426 kg de résine de cannabis et quelque 930 000 euros dans des véhicules stationnés à Courbevoie, dans un parking de la rue Henri-Regnault, ainsi que chez les dealers qu’ils pistaient depuis des mois. 

Une partie du réseau a été interpellée composée pour la plupart composée de français et de jeunes issus de l’immigration. Quelques suspects sont donc interrogés en garde à vue depuis lundi par la Sûreté territoriale. Mais à l’évidence, certains des « objectifs » ont échappé aux policiers notamment, le chef du gang A.D qui serait le fils d’un ancien ministre qui a rejoint le Sénégal depuis mars dernier.

Le groupe Stups de la Sûreté travaillait sur ce réseau depuis un an. En octobre de l’année dernière, ils avaient obtenu un tuyau selon lequel des dealers fréquentaient la rue Henri-Regnault et ses parkings où ils étaient ravitaillés par des mules en provenance d’Amsterdam.

La drogue était convoyée par des jeunes d’une même famille depuis les Pays-Bas. Sur place, la distribution était assurée par Frédéric 

Ils ont mené une enquête classique, avec surveillances puis écoutes téléphoniques pour identifier les premiers membres de l’équipe. Jusqu’à rassembler suffisamment d’éléments pour que le parquet ouvre une information judiciaire.

Ce fut le cas le 13 mars dernier, précise le parquet de Nanterre. Qui ne souhaitait pas voir l’information sur cette saisie diffusée avant l’issue des gardes à vue, jeudi. C’est le Point.fr qui a révélé cette importante prise ce mardi matin.

À ce stade, les suspects arrêtés sont surtout ceux qui convoyaient la marchandise depuis les Pays-Bas. Mais les investigations visent aussi à déterminer la véritable provenance du cannabis et de la cocaïne.

A la tête de l’organisation, leur boss A. D. présenté et connu comme étant le fils d’un ancien ministre est activement recherché, donnait ses consignes, à ses quatre frères et cousins, notamment, depuis le Sénégal. 

Le réseau a été démantelé à la suite d’un renseignement anonyme impliquant À.D. dans un trafic de cocaïne transitant du Brésil au Sénégal via les Pays-Bas pour alimenter les Hauts-de-Seine . D’écoutes téléphoniques en filatures, les enquêteurs ont identifié les trafiquants présumés. Lors de l’interpellation du premier trafiquant, 67 000 € en espèces ont été retrouvés ainsi qu’une arme de poing, de nombreux portables, du matériel de pesée et de conditionnements.

La dernière grosse saisie de drogue dans les Hauts-de-Seine remonte au début de l’année. La police avait mis la main sur plus d’une tonne de cocaïne dans un entrepôt de Gennevilliers.

Sylvie Deriot 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici