OPINION (1ére Partie) : L’allégation de viol de Fatou Jallow contre l’ancien président Yaya Jammeh est une fausse campagne médiatique conçue dans le but de susciter la sympathie du public à l’égard des poursuites contre l’ancien président et de l’exploitation financière

Monsieur le rédacteur,

Un article de presse récent annonçant qu ‘«une ancienne reine de beauté gambienne âgée de 23 ans, Fatou Jallow, a été violée en 2015 par l’ancien président Yahya Jammeh lorsqu’il était au pouvoir», est une campagne de relations publiques visant à ternir l’image de ce dernier et d’influencer la Commission de vérité et de réconciliation ainsi que le système de justice internationale au sens large pour des gains financiers.

La Commission vérité et réconciliation en Gambie a été créée pour rechercher des faits sur les crimes commis pendant les 22 années de dictature de Jammeh. Depuis la création de la commission vérité, de nombreuses déclarations erronées et allégations sans fondement ont été faites pour tromper le public gambien. Bon nombre de ces faux témoignages étaient censés exploiter la commission pour obtenir des gains financiers sous la forme d’une compensation monétaire attendue à la fin de celle-ci et priver le public gambien de véritables témoignages de crimes contre des personnes. La base de la commission est d’ouvrir la voie à un nouveau départ fondé sur la cohésion et le développement nationaux.

L’histoire de Fatou Jallow, qui a figuré en bonne place dans le New York Times et dans de nombreux médias en ligne gambiens, est un exemple classique de campagne médiatique simulée visant à donner un visage au mouvement d’agression sexuelle et de violence conçu pour plaider la cause de la communauté gambienne et de la communauté internationale. Le président Yaya Jammeh. Il est très clair pour chaque citoyen authentique que l’ancien président était en effet un dirigeant cruel qui a commis des crimes horribles contre de nombreux Gambiens innocents et des citoyens de la communauté internationale plus large. Mais le peuple gambien ne doit pas permettre que la commission vérité et réconciliation soit utilisée comme un mécanisme d’exploitation visant à exagérer les crimes de Jammeh à des fins d’exploitation financière. Fatou Jallow et ses facilitateurs utilisent véritablement la Commission de vérité et de réconciliation à des fins d’exploitation financière. La raison en est que Fatou Jallow n’a jamais été victime de viol ou de violences sexuelles. L’histoire de Fatou Jallow couronnée en tant que reine de beauté et les allégations sexuelles ultérieures doivent vraiment être racontées dans le but d’instaurer la vérité au profit d’un public plus large, gambien et international.

Qui est vraiment Fatou Jallow?

Fatou Jallow est une femme gambienne de 23 ans vivant actuellement à Toronto, au Canada. Sa mère est Awa Saho et son père est Alpha Jallow. L’histoire de Fatou a été publiée pour la première fois en 2015 sur divers médias en ligne gambiens. À l’époque, il était allégué que «l’ancienne reine de beauté de Gambie du 22 était portée disparue depuis plusieurs semaines après avoir été placée en détention pour avoir rejeté les avances inappropriées du président Jammeh». Fatou s’est ensuite vu proposer un asile sous ce faux prétexte au Canada. Fatou n’était pas le seul Gambien à avoir formulé de fausses allégations pour obtenir un asile politique dans de nombreux pays occidentaux. En fait, c’était une tendance commune chez les immigrants gambiens à cette époque.

Selon le témoignage de Fatou Jallow lors d’un entretien avec Human Rights Watch, elle aurait «été violée par l’ancien président Jammeh à Statehouse à Banjul en 2015 après avoir été couronnée à l’âge de 18 ans pour le concours de la reine de la beauté». Mais l’histoire vraie de Fatou Jallow depuis le début du concours de beauté jusqu’à la publication actuelle des allégations sexuelles contre l’ancien président Jammeh était basée sur la tromperie et la fabrication de faits. Fatou a été couronnée injustement comme reine des concours de beauté du 22 juillet à cause de sa mère. Awa Saho a des liens avec le ministre de l’Éducation. La ministre était également une amie et une dirigeante de sa mère, Awa Saho, haut responsable au ministère de l’éducation au moment du couronnement de Fatou en tant que reine de beauté. Actuellement, Awa Saho est responsable de l’éducation dans la région de la côte ouest. C’est le ministère de l’éducation qui a collaboré avec Jammeh et la Statehouse pour organiser un concours de beauté dans le pays, dans le but supposé d’autonomiser les jeunes filles gambiennes grâce à diverses possibilités d’éducation. Beaucoup de filles ont été couronnées reines de beauté avant Fatou Jallow, plus connue sous le nom de Toufah Jallow. Certaines de ces femmes occupent actuellement divers postes de responsabilité dans la fonction publique et dans des organisations privées du pays. Aucune des anciennes reines n’a porté des accusations sexuelles sur l’ancien Président Jammeh et aucune des autres candidates ayant côtoyé Fatou Jallow n’a corroboré ses allégations à l’encontre de l’ancien Président Jammeh.

Beaucoup de participantes ont été surprises de la voir couronnée reine de beauté. En fait, de nombreuses personnes proches de Fatou au collège gambien ont admis que Fatou n’avait jamais été intéressée à participer à un concours de beauté, mais ses amis et sa mère l’ont encouragée au départ à participer en raison de sa popularité parmi les étudiants du collège. Fatou a finalement accepté la reconstitution historique et a été sélectionnée comme reine de beauté.

Les organisateurs du défilé au ministère de l’Éducation savaient à l’époque que l’ancien président avait une grande affinité pour les femmes à la peau claire et que Fatou était utilisé comme appât pour attirer l’attention de l’ancien président Jammeh. L’ancien président Jammeh a fini par s’intéresser à Fatou Jallow et a commencé à poursuivre Fatou pour une relation amoureuse. Selon des sources internes, Jammeh aurait proposé à Fatou Jallow un poste d’officier du protocole et d’officier du renseignement, mais Fatou a décliné poliment les offres. Elle a suggéré qu’elle voulait étudier à l’étranger et a commencé à travailler avec Jammeh pour obtenir l’admission à l’université aux États-Unis. C’était au début de février 2015. C’est à cette époque que Jammeh a exprimé son intérêt pour Fatou Jallow et a contacté sa mère, Awa Saho, pour obtenir sa bénédiction.

Selon divers initiés de l’État qui étaient des agents de protection auprès du président Jammeh, Awa Saho était extrêmement heureuse de voir sa fille unique entretenir des relations étroites avec le président. À la suite de l’établissement de cette relation, Jammeh a contacté la société nationale d’approvisionnement en eau et d’électricité et a organisé l’installation de matériel de plomberie dans la maison de la famille Fatou, qui n’avait pas d’eau courante à l’époque. De nouveaux meubles et une nouvelle garde-robe sont arrivés pour la reine de beauté après l’approbation de sa mère, Awa Saho. Des parents malades ont été acheminés vers des médecins et des appareils électroniques tels que des iPhones et des iPad ont été fournis à divers membres de la famille. La livraison quotidienne de viandes et de poissons au domicile d’Awa Saho à partir de la maison de l’État est devenue notoire parmi les responsables du protocole. On a offert à Fatou Jallow divers cadeaux, dont un collier en or pour son anniversaire, une pièce de monnaie et même une nouvelle voiture offerte à ses parents. Alpha Jallow et Awa Saho ont tous les deux commencé à conduire des voitures. La résidence d’Awa Saho a été modernisée. Jammeh a ouvert un compte bancaire pour elle et Fatou a reçu des dizaines de milliers de Dalasis à chaque visite à Statehouse. Elle a finalement acheté un terrain pour elle-même.

PS: La suite sera publiée mercredi prochain

Mustapha Touray
Ancien Conseiller Éducation
State House

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici