mardi, 21 mai 2024 04:27

New-York : À l’image des sénégalais, la diaspora gambienne a manifesté contre les pratiques de Adama Barrow

Les plus lus

États-Unis
Atlanticactu / New-York / Banjul / Amsatu Barrow
Si le président Macky SALL a eu l’accueil le plus « populaire » du fait des manifestations de la diaspora sénégalaise qui ont donné une image des plus flétries de la démocratie sous le magistère de l’actuel Chef d’État, son homologue gambien l’a échappé belle. Les gambiens ont bruyamment manifesté contre les dérives du président Adama BARROW devant le siège de l’ONU.
Les manifestants gambiens réunis devant le siège des Nations Unies à New York ont appelé le gouvernement du président Adama Barrow à « arrêter la chasse aux sorcières des opposants politiques et des journalistes dans le pays ». La diaspora de ce pays ouest africain a rappelé au gouvernement gambien que le slogan « Never Again » est une déclaration de ne plus jamais tolérer une dictature dans le pays, comme cela s’est produit sous l’ancien président, Yahya Jammeh.
Lamin Sillah, un gambien résident à New York qui est l’un des organisateurs de la manifestation, a été interviewé par TAT et d’après lui,  » ils  voulaient attirer l’attention sur la violation continue de la communauté internationale des droits de l’homme dans le pays sous le règne du président Barrow. »
 » Adama Barrow n’a pas jusqu’à présent abordé les problèmes urgents du pays, mais s’est engagé à arrêter ses opposants politiques et ses journalistes. En quelques années son gouvernement est au même niveau que celui de l’ex président Yaya JAMMEH en 22 ans « , a déclaré Lamin Sillah.
Et poursuit-il , « Nous sommes venus au siège des Nations Unies pour protester contre le gouvernement du président Adama BARROW sur de nombreuses questions importantes qui affectent notre pays et ses citoyens. Actuellement, les Gambiens traversent des moments difficiles en raison de l’inefficacité de l’administration Barrow dans le respect de ses obligations envers le peuple gambien », a déclaré Sillah à TAT.
Il a ajouté : « Nous voulons exprimer notre condamnation de l’administration Barrow sur la chasse aux sorcières des opposants politiques et des journalistes dans notre pays, et il n’y a nulle part de mieux pour la mettre en scène qu’ici (UNGA).
« Au cours du passé récent, des personnalités clés de l’opposition et des journalistes ont été invités à être interrogés par la police sans motif justifiable, et nous voulons que cela se termine. »
La manifestation a pour but d’envoyer un message fort au monde entier pour prêter attention aux questions qui affectent le peuple gambien, dont le bien-être continue de diminuer en raison d’une mauvaise administration, a-t-il poursuivi.
Actuellement, la Gambie est « face à une corruption endémique, au népotisme, à une erreur judiciaire, à une détérioration du secteur de la santé, à des hausses de prix et au meurtre et à l’arrestation brutal de Gambiens innocents, entre autres ».
« Nous voulons que le gouvernement rende rapidement justice aux familles des deux officiers paramilitaires tués et fournisse un traitement adéquat au policier Ancy Jawo.
Le gouvernement doit cesser d’arrêter des personnalités de l’opposition et des journalistes en les accusant d’être des collaborateurs de présumés complotistes et meurtriers de coups d’État, a poursuivi Mme Sillah.
S’exprimant toujours au nom des manifestants, Sillah a en outre déclaré : « Cette manifestation n’est pas politiquement motivée, pas plus que les personnes qui ont assisté à l’événement. Ce qui compte pour nous, c’est le message que nous envoyons au monde et au gouvernement du président Barrow, qui a été réalisé. »
Sillah, en évacuant davantage les sentiments des manifestants, a dénoncé la « réticence » perçue du gouvernement à faire appel aux auteurs de diverses formes de violations des droits de l’homme sous Yahya Jammeh après que le rapport du TRRC ait produit des preuves.
Pourtant, le gouvernement de Barrow, à la surprise des Gambiens, a récompensé certains des auteurs par des postes de haut niveau qui continuent d’utiliser le livre de jeu de l’ancien régime.
« Nous disons « Plus jamais », et c’est pourquoi nous protestons en présence du monde entier afin que la dictature ne revienne jamais en Gambie », a déclaré Sillah.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents