Mali.. Les dirigeants du coup d’État annoncent une transition ′′ civile ′′

@Atlanticactu.com –  Les dirigeants du coup d’État militaire qui a eu lieu hier mardi dans l’État du Mali à l’aube du mercredi, ont annoncé la création d’une commission nationale de salut du peuple qui supervisera une transition ′′ civile ′′ qui conduira à l’organisation d’élections présidentielles et législatives, affirmant que tous les accords internationaux qui ont été signés Mon argent sera respecté.

Les meneurs du coup d’État militaire qui a eu lieu hier, mardi, au Mali, ont annoncé aujourd’hui, à l’aube, la formation d’un comité national pour le salut du peuple qui supervisera une phase transitoire « civile » conduisant à l’organisation d’élections présidentielles et législatives, soulignant que tous les accords internationaux signés par le Mali seront respectés.

Les putschistes n’ont pas précisé la date de l’organisation des élections, ni la période pendant laquelle la transition se poursuivra. Ils ont simplement indiqué que les élections se tiendraient dans un «délai raisonnable».

Les nouveaux dirigeants Maliens ont pris un certain nombre de mesures, dont la plus importante a été l’imposition d’un couvre-feu partiel sur l’ensemble du territoire national, en plus de fermer les frontières terrestres.

Les putschistes se sont déclarés prêts à coopérer et à coordonner avec la mission de maintien de la paix des Nations Unies « MINUSMA  » , avec les forces françaises « Barkhane » et la force militaire conjointe du Groupe des cinq pays du Sahel.

En revanche, ils ont affirmé leur attachement à l’accord de paix signé entre le gouvernement malien et les mouvements armés du nord, en Algérie, il y a plusieurs années.

Les acteurs du coup d’État sont apparus à la télévision d’État à l’aube aujourd’hui, et il s’agit de cinq officiers, dont le colonel Ismail Waghi, qui portait la qualité de porte-parole du Comité national pour le salut du peuple, et Waghi était le commandant en chef adjoint de l’état-major de l’air.

Cette déclaration intervient quelques heures après la démission du président Ibrahim Boubacar Keita et son annonce de la dissolution du Parlement, dans un bref discours diffusé à la télévision d’Etat.

IBK a déclaré qu’il avait décidé de démissionner parce qu’il ne voulait pas rester au pouvoir en versant plus de sang des Maliens, indiquant qu’il n’avait jamais voulu démissionner, mais qu’il n’avait pas le choix.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a annoncé plus tôt mardi / mercredi soir, des mesures punitives contre l’État du Mali, en raison du coup d’état  militaire du gouvernement, et ces mesures comprenaient le gel de l’adhésion du Mali dans les organes du groupe et la suspension des échanges commerciaux, économiques et financiers entre le Mali. Et les pays d’Afrique de l’Ouest.

Cheikh Saadbou Diarra 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici