jeudi, 18 avril 2024 11:31

Guinée Bissau : Prévues pour décembre prochain, les législatives anticipées reportées unilatéralement par le « général »

Les plus lus

Le gouvernement de Guinée-Bissau a reporté au 23 avril 2023, date des élections législatives prévues le 18 décembre 2022 et annonce qu’il proposera à Umaro Sissoco Embaló, la tenue d’élections législatives le 23 avril 2023, a déclaré en début de semaine le ministre de l’Administration territoriale, Fernando Gomes. Les griefs agités pour le report des élections anticipées du fait de la dissolution de l’assemblée nationale par le « général », n’ont pas convaincu l’opposition. Umaru Embalò qui a ouvert plusieurs fronts, même au sein du Madem G-15 qui l’avait aider en soutenant sa candidature, savait qu’il allait perdre les législatives, selon Basiro Camarà.
La date à proposer a été approuvée par la majorité des partis politiques avec et sans sièges parlementaires, qui se sont réunis aujourd’hui, pendant près de quatre heures, avec le gouvernement, le Bureau d’appui technique à la gestion électorale (Gtape) et la Commission électorale nationale.
La proposition du gouvernement présentée aux partis politiques pour la tenue d’élections législatives comportait également les dates des 2 et 16 avril, mais la majorité a opté pour le 23 avril pour donner une « marge de manœuvre » à l’exécutif, a indiqué le ministre, notant que lors de la réunion il y avait un « climat de compréhension totale ».

« Le report de la législation ne profite qu’à Sissoco Embaló qui ne compte que sur des partis épouvantails comme celui du Premier ministre Nuno Nabiam ou du ministre de l’intérieur Botché Candé »

« Par conséquent, c’est maintenant à qui a le droit de commenter cela. Ce ne sont pas les partis politiques qui décident, ce n’est pas le Gouvernement qui décide, mais le Président de la République et bien sûr cette proposition de date sera présentée au Président de la République de trancher », a déclaré le Ministre de l’Administration Territoriale, Fernando Gomes.
Interrogé sur la date de début du recensement, le ministre a indiqué qu’il pourrait avoir lieu à partir de fin novembre. « Cette date permet en effet d’organiser des élections sans souci majeur d’échec et si le président de la République est d’accord avec la date nous travaillerons tous main dans la main avec les partis politiques », a-t-il déclaré.
Le « général » bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embaló, a dissous le parlement bissau-guinéen le 16 mai et fixé des élections législatives au 18 décembre, mais la semaine dernière, le gouvernement a reconnu avoir reporté le vote comme « impraticable ».
Menaces contre la démocratie bissau-guinéenne avec ce report qui risque d’être le premier d’une longue série
Les principaux partis politiques guinéens ont défendu la mise en place d’un nouveau recensement des électeurs, qui selon la loi devrait durer environ trois mois, mais, jusqu’à présent, n’a pas encore commencé.
« Le gouvernement a voulu satisfaire les souhaits exprimés par les partis politiques en mars. L’une des revendications était l’acquisition de cette imprimante, car sans elle, la carte d’électeur ne pourrait pas être remise lors du processus d’inscription », a expliqué Fernando Gomes. L’imprimeur n’est finalement arrivé en Guinée-Bissau qu’en septembre.
« Maintenant, il y a un travail préparatoire pour annoncer la date du recensement, mais nous ne commencerons que lorsqu’il y aura une décision du président de la République, qui par la loi est celui qui décide de fixer la date des élections », a-t-il conclu.
Atlanticactu.com

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents