Guinée Bissau : Avec la découverte d’un possible piratage des résultats, une nouvelle présidentielle se profile à l’horizon

Les nouvelles de le revue portugaise Sabado ne sont pas rassurer le camp du candidat déclaré vainqueur, Umaru Cissoko Embalo du G-15 Madem. Un manquement dans le paiement des trois hackers qui étaient chargés de tronquer les résultats de la présidentielle, est à l’origine d’un grand déballage au Portugal. D’ores et déjà, les informaticiens de la Commission Électorale Nationale sont partagés depuis que la nouvelle a été rendue publique.

Des pirates ont réussi à truquer les résultats des élections présidentielles en Guinée-Bissau, nous apprend la revue portugaise Sábado (Samedi en portugais). Il s’agit d’un groupe de trois hackers engagés depuis Barreiro, une municipalité du Portugal, située dans le district de Setúbal, dans la région de Lisbonne, connue pour son fort développement, grâce à des investisseurs privés.

Les élections présidentielles du 29 Décembre dernier en Guinée-Bissau ont été sabotées par un groupe de hackers qui ont réussi à avoir accès aux ordinateurs de la Commission Electorale Nationale, jusqu’à dénaturer le résultat final, attribuant la victoire à Umaro Sissoco Embaló, candidat du Mouvement pour l’Alternance Républicaine et Démocratique en Guinée-Bissau (MADEM-G15).

L’histoire ressemble plutôt à un film. L’embauche des pirates qui ont infiltré les ordinateurs de la CNE, les virus qu’ils ont laissés dans le système puis le problème qui a surgit dans le paiement des concernés sont à l’origine de la révélation de l’ensemble du dispositif mis en place pour faire gagner le candidat Embalo. Et ces révélations promettent de provoquer un revirement de situation dans le processus électoral qui est toujours en équation en Guinée Bisau, puis que la cour supreme n’a toujours pas validé les résultats pour des irrégularités notées par ses membres qui exigent un recomptage des voix des candidats.

Une enquête menée par la revue portugaise, SÁBADO ces dernières semaines sur la base de l’analyse et de la collecte des documents obtenus, des témoignages, des messages écrits et sonores, montrent qu’un acte de piratage informatique a été commis par un groupe d’au moins trois personnes de nationalités différentes, négocié et mené à partir du Portugal. Cette affaire, outre l’ingérence électorale à Bissau, prouve la relative facilité d’embauche des « hackers » au Portugal.

José Perdro Ssmbù, Président de la Commission Électorale Nationale dément tout piratage du système à travers un communiqué de presse

Si la cohésion n’est plus de mise au sein de la CEN depuis les révélations de la revue Sabado, le Président José Perdro Sambù croit dur comme fer que son administration n’a rien à voir avec le piratage des résultats. Dans un communiqué parvenu à Atlanticactu.com, ce dernier sans convaincre essaie de se donner bonne conscience quand certains membres notamment, les responsables juridiques de la Commission commencent à émettre de sérieux réserves sur les résultats publiés.

« Nous n’avons pas cessé de dire que cette élection est entachée d’irrégularités, nous avons donné des preuves de l’existence de bureaux de vote dans un pays voisin et des urnes acheminées nuitamment en Guinée », révèle Cheik Umar Mané, mandataire du Paigc au sein de la CNE. Et ce dernier de poursuivre, « Certains chefs d’état ne souhaitent pas voir Domingo Simoes Pereira à la tête du pays et nous ont même proposé des postes importants et un soutien dans cinq ans mais, ils ignorent qu’en Guinée Bissau nous savons ce que veut dire Patriotisme ».

Rappelons que le candidat Sissoco Embaló avait remporté le deuxième tour avec 53,55% des voix, mais une série d’irrégularités administratives telles que le manque de résultats de certaines localités avait déjà conduit Domingos Simões Pereira, candidat soutenu par PAIGC à contester le verdict, avant de déposer un recours. Maintenant, avec ces nouveaux faits, tout le processus peut imploser et conduire à de nouvelles élections.

Cheikh Saadbou Diarra

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici