Gambie : La famille de Solo Sandeng expulsée par l’agence immobilière du Président Barrow

©atlanticactu.com  — Solo Sandeng, c’est l’homme qui a été à l’origine de la levée de boucliers de la communauté internationale à l’égard du président Yaya Jamneh. Solo Sandeng avait été tué par les services de renseignements après son arrestation à la suite d’une manifestation interdite.  Le jeune responsable de l’UDP avait organisé une marche pour réclamer le départ de Jammeh avant d’être arrêté.  Aujourd’hui, sa famille est expulsée de son domicile par l’agence Majum Estate Agency, propriété du couple présidentiel.

L’affaire fait grand bruit en Gambie après que la famille de feu Solo Sandeng ait rendu publique une lettre d’expulsion de leur logement situé dans le quartier de Sanchaïba. Malgré le sacrifie de ce jeune considéré comme un martyr, ni son leader Usainu Darboe encore moins le président Adama Barrow, n’ont essayé de changer le quotidien de cette famille qui ne comptait que sur Solo Sandeng pour subvenir à ses besoins.

En milieu de semaine dernière, la Majum Estate Agency, une propriété du président Barrow actuellement gérée par la First Lady Fatou Bah Barrow, a adressé une assignation d’expulsion à la famille du défunt leader de la jeunesse de l’UDP.

Une assignation que de nombreux gambiens considèrent comme le début de la déchéance du pouvoir du président Adama Barrow qui, non seulement, n’a rien fait pour la famille du disparu mais, cherche à les mettre dehors au moment où l’hivernage menace.

Pour Seku Jubateh, camarade de Solo Sandeng et responsable des jeunes de l’UDP de Sanyang, « Quand on m’a donné la lettre, j’ai été profondément atteint dans ma chair. A la limite, j’ai considéré cela comme une  sorte de blague ridicule ». Mais, au bout de quelques coups de fil il se rendra à l’évidence que le sacrifice de Solo était vain.
« Comment le Président Adama Barrow peut-il être aussi froid à l’endroit de celui qui a perdu la vie pour lui permettre d’être président aujourd’hui. Solo Sandeng est le catalyseur de notre liberté politique, désavantager sa famille pour quelque raison que ce soit est moralement inacceptable. À ce titre, je demande que l’assignation honteuse soit retirée avec effet immédiat ».

 

Quatre ans après sa mort en détention, la famille de Solo Sandeng n’a rien obtenu autant du Président Adama Barrow que du Président de l’UDP, Usainu Darboe qui a été ministre des affaires étrangères et Vice-président de la Gambie. Zenab Jammeh offre une importante somme à la famille de Solo Sandeng 

 

Le martyr cité comme le catalyseur de la chute de Jammeh est en passe de tomber dans l’oubli. Aujourd’hui, ces camarades de parti s’interrogent sur la capacité de leurs leaders à faire plus l’ancien président Yaya Jamneh.

En effet, révèle Haddy Sandeng, l’une des tantes de la victime, « Depuis l’accession du président Barrow, ni la State House encore le Foreign Office où l’UDP ne sont venus à la maison ou au moins s’enquérir de notre situation. Pourtant, lors de ses funérailles, l’actuel Chef de l’état nous avait promis de prendre en charge la famille de Solo qui est considéré comme un héros national ».

« Mais aujourd’hui, ils ont oublié les promesses et veulent nous mettre dans la rue. Par contre, nous avons été surpris de recevoir la visite de Fatou Diarra Gitteh qui, au nom de l’ex First Lady Zenab Jammeh, nous a remis une importante somme d’argent qui peut nous permettre de trouver un nouveau logement. Ma famille tient à remercier le parti (APRC) de l’ancien président qui nous a également remis une enveloppe et des vivres ».

Du côté de l’agence, immobilière Majum Estate, le gérant Njaga Sanneh estime qu’il s’agit d’une erreur et que ladite assignation était destinée à une autre famille.

Pour rappel, à la suite du décès de Solo Sandeng, Usainu Darboe le chef du principal parti d’opposition gambien avait été arrêté lors d’une manifestation demandant des explications sur la mort en détention d’un haut responsable du parti. Arrestation qui aura permis à l’actuel président Adama Barrow d’être investi par l’UDP.

Sabrina Mahtani, chercheuse pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International, avait déclaré quelques heures après l’arrestation de Solo Sandeng le 14 avril, « Nous avons reçu des informations selon lesquelles Solo Sandeng serait mort en détention (…) peu de temps après son arrestation pour avoir participé à ce qui, selon des témoins, était une manifestation pacifique ».

Amsatou Barrow (Atlanticactu.com)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici