Ethiopie : 166 morts dans des émeutes après la mort d’un chanteur

©atlanticactu.com  — Au moins 166 personnes ont été tuées au cours des manifestations et des heurts communautaires qui ont secoué l’Éthiopie depuis le meurtre le 29 juin d’un chanteur vedette, Hachalu Hundessa.

Le chanteur défendant les droits de l’ethnie d’Oromo et qui était devenu la figure populaire d’un mouvement de contestation ayant conduit à la chute du Premier ministre précédent en 2018, a été abattu lundi dernier par des hommes armés non identifiés. D’énormes manifestations ont ensuite éclaté à Addis-Abeba, la capitale, et dans la région d’Oromia, région natale du peuple Oromo.

Après la mort de Hachalu Hundessa « 145 civils et 11 membres des forces de sécurité ont perdu la vie dans des troubles dans la région », a affirmé le chef-adjoint de la police de l’Etat d’Oromia, Girma Gelam, dans un communiqué diffusé sur la télévision d’Etat Fana Broadcasting Corporate, ajoutant que 10 autres personnes, dont deux policiers, ont été tuées à Addis Abeba.

La police a aussi fait état de 167 personnes « sérieusement blessées » et d’un millier d’arrestations. Il a assuré que les violences avaient « complètement cessé ».

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici