vendredi, 19 juillet 2024 06:10

En Afrique, la France est un « épouvantail de paille », confie un expert américain

Les plus lus

Afrique
Atlanticactu / Bamako / Cheikh Saadbou Diarra 
Le sentiment anti français prend de plus en plus de proportions en Afrique. Le soutien de Paris à certains régimes considérés comme des dictatures a contribué à davantage isoler la présence française. Au Mali et au Burkina Faso, Paris n’est plus le maître du jeu avec la rupture des accords militaires. Une nouvelle posture qui fait dire à l’écrivain américain et spécialiste de l’Afrique, Stephen Smith que désormais en Afrique, la France est un « épouvantail de paille » qui nourrit un sentiment de rejet.
« L’Afrique francophone se révolte contre la tutelle de la France qui lui nuirait », relève l’expert américain, dans un entretien au magazine français Le Point, dans lequel il analyse les raisons de la « rancœur” nourrie par une partie de l’Afrique francophone envers la France.
Depuis le milieu des années 1990, l’influence française dans son ancien ‘’pré carré’’ est “réduite à peau de chagrin”, fait-il observer, notant qu’”en réalité, quand l’Afrique vilipende aujourd’hui la France, elle passe ses nerfs sur un épouvantail de paille, sans défense”. 
Aux yeux de l’écrivain américain, ‘’au lieu de s’enfermer dans les placards de l’Histoire, il faut entrer dans le quotidien de la jeune Afrique pour chercher à comprendre ce qui nourrit son rejet de la France’’.
« Ce ressentiment envers la France s’explique entre autres, par des vexations subies dans les consulats français et par le contentieux migratoire. Mais d’autres raisons me paraissent évidentes. D’abord, l’Afrique francophone est désabusée – si les parents ont cru que Paris était l’ombilic du monde, leurs enfants n’y croient plus. Et ils ont raison », explique Stephen Smith.
Pour lui, la « France s’est dissoute dans la masse démographique du continent, ajoutant que Paris est affaibli, ne fait plus peur ».
Soixante-huit millions de Français qui peinent à réformer leur système de retraite ne pèsent plus lourd dans l’ex-Afrique française, qui comptait 45 millions d’habitants en 1960 et qui en compte aujourd’hui 240 millions, poursuit-il.
« On peut ainsi bloquer un convoi militaire français, et, quand on envoie un libelle de divorce à Paris, comme vient de le faire le Burkina Faso, l’Élysée se contente de demander des ‘clarifications », renchérit-il.
Et d’enchaîner que « quels que soient les méfaits par le passé de la France en Afrique, elle ne pourra pas les racheter en cherchant à gagner les batailles d’hier », estimant qu’il appartient à l’État de définir au plus près les intérêts de la France en Afrique, « ici et maintenant, dorénavant sans coopération de substitution – du type sauver le Mali de lui-même – et dans le plein respect de la souveraineté africaine ».

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents