DER : En deux mois, la ministre Nené Fatoumata Mbaye se « noie » dans ses chiffres

Lors du premier numéro de l’exercice « le gouvernement face à la presse », les incohérences ont battu tous les records. Mais, celle qui aura le plus retenu l’attention, demeure sans conteste la ministre la Jeunesse Nené Fatoumata Tall Mbaye. Dans un discours décousu, elle aura réussi à donner le tournis sur les montants que la délégation a l’entreprenariat rapide (DER) a injecté dans les différents projets financés.

Laborieux aura été l’oral de Néné Fatoumata Tall Mbaye qui est plus un flot de paroles décousues et embrouillées – des explications aussi alambiquées que laborieuses. En l’espace d’un mois, là ministre qui avait pris d’assaut les plateaux de télévision pour vendre la politique de jeunesse du président Macky Sall, a réussi à semer le trouble en donnant de nouveaux chiffres de la DER.

Ainsi, juste avant le remaniement, Mme Le Ministre sur certains plateaux disait que la Der avait injecté 57,78 milliards avec près de 105.000 bénéficiaires directs et 95.000 bénéficiaires indirects. Des chiffres qu’aucune statistique ne pouvait prouver.

Bizarrement, hier lors du face à face gouvernement/presse, là ministre de la Jeunesse revient à la charge et annonce un montant de 80 milliards… soit une différence de 22,22 milliards. La Der aurait-elle financé de nouveaux projets cumulant 22 milliards en quelques jours ?

De 57,78 milliards à 80 milliards, en seulement un mois, Nené Fatoumata Tall devrait expliquer à ces jeunes volontaires de Barça wala Barsakh où ces fonds ont été injectés 

Si les chiffres annoncés par la ministre de la Jeunesse continuent de soulever moult questions, l’autre facette n’en est pas pour autant à ranger aux oubliettes. Vantant les politiques du président Macky Sall, Nené Fatoumata Tall Mbaye a également égayé l’assistance à travers des phrases chocs.

Par exemple, nous confie la nouvelle égérie de l’APR :

– « L’Etat du Sénégal à une politique de jeunesse claire et solide », 

– « L’économie de notre pays est en mode confinement ».

– « Le secteur informel constitue le bras armé rapide qui booste l’économie sénégalaise »

– « Le fameux eldorado qu’on a vendu à la jeunesse africaine »

– « Aux parents, mettre la pression sur les jeunes ne peut pas développer un pays »

Comprendra qui pourra !

Khadim Mbodji 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici