lundi, 26 juillet 2021 13:37

Côte d’Ivoire : Réduction des effectifs dans l’armée, 4000 militaires concernés

Les plus lus

La guerre de succession fait rage en Côte d’Ivoire. Même l’armée n’est pas laissé en rade depuis la nomination du puissant Ahmed Bakayoko à la tête de ce département. La réduction des effectifs de l’armée soulève l’épineux problème de la succession du président Alassane Ouattara entre l’ancien faiseur de roi et président de l’assemblée nationale, Guillaume Soro et Ahmed Bakayoko, qui ne cache rien de ses ambitions. Réduire les effectifs militaires, c’est réduire la force de frappe de l’ancien chef rebelle dont les éléments ont été intégrés dans l’armée après la victoire de Ouattara.

L’ armée ivoirienne est en pleine restructuration, et le ministre de la Défense Hamed Bakayoko met un point d’honneur à renouveler son effectif avec un programme de départs volontaires initié depuis 2017. Entre modernisation et restructuration, l’armée ivoirienne, semble être le véritable enjeu de la succession de l’actuel chef d’état.

Ahmed Bakayoko met en exergue une politique de départ volontaire pour assainir l’armée et la rendre plus professionnelle

Après la crise militaro-politique qu’a connue la Côte d’Ivoire, les autorités ivoiriennes ont opté pour la fusion des deux ex-armées belligérantes : Les Forces de défense et de sécurité (FDS) et les Forces armées des forces nouvelles (FAFN). Cette cohabitation entre les deux frères ennemis a fini par se normaliser grâce à la dextérité des autorités sécuritaires ivoiriennes. Mais en 2014 et 2017, une vague de mutineries a secoué la grande muette, au point de créer de grosses frayeurs au pays.
Aussi, nommé au portefeuille de la Défense en juillet 2017, le ministre Hamed Bakayoko a-t-il lancé la réforme des Forces armées de Côte d’Ivoire (FACI). L’application de la nouvelle loi de programmation militaire prévoit en effet, entre autres mesures, le départ volontaire pour tout militaire qui entend sortir de l’effectif.
Au terme de la première phase de l’opération, « sur 2 211 candidatures enregistrées, 2 168 dossiers ont été retenus. » Il s’agit de « 3 officiers, 1 460 sous-officiers et 705 militaires du rang ». Ces derniers ont bénéficié chacun d’une indemnité de 15 millions de FCFA. Cette opération se poursuivra jusqu’à fin 2020, et ce sont environ 4 000 soldats qui pourraient sortir des rangs de l’armée ivoirienne.

« Il ne s’agit pas d’une chasse aux sorcières mais un exercice tendant à rendre plus performante notre armée », dixit le ministre de La Défense

Hamed Bakayoko rassure toutefois sur la régularité de l’opération afin de lever toute équivoque. « Il s’agit d’un processus qui a cours dans toutes les armées modernes », s’est voulu formel le ministre ivoirien de la Défense

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents

error: