mardi, 21 mai 2024 04:21

Biens mal acquis : Vente du manoir de Teodorin Obiang, la Cour de Justice de la Haye soutient Paris

Les plus lus

En confirmant la justice française dans la vente du manoir parisien de Teodorin Obiang le fils du président de la Guinée Équatoriale, la Cour internationale de Justice de La Haye a confirmé la condamnation de 2017 pour blanchiment d’argent. Une décision dénoncée par Malabo qui affirme que le bâtiment était soumis à l’immunité diplomatique.

La cour d’appel de Paris a condamné ce lundi Teodorin Obiang, vice-président de Guinée équatoriale, à trois ans de prison avec sursis et 30 millions d’euros d’amende pour s’être frauduleusement bâti un patrimoine considérable en France.

La justice alourdit ainsi la condamnation prononcée en première instance. Le 27 octobre 2017, à l’issue du premier procès dit des « biens mal acquis » devant la justice française, le tribunal correctionnel de Paris avait prononcé la même peine d’emprisonnement mais avait assorti du sursis l’amende de 30 millions d’euros.

La plus haute juridiction de l’ONU a jugé que le luxueux immeuble parisien saisi par les autorités françaises en 2012 n’avait « jamais acquis le statut de mission diplomatique ».

La Cour internationale de justice (CIJ) a tranché en faveur de Paris, vendredi 11 décembre, dans le bras de fer juridique qui l’opposait à Malabo autour de l’affaire dite des « biens mal acquis », impliquant le fils du président équato-guinéen. La cour est d’avis que « l’immeuble du 42 avenue Foch à Paris n’a jamais acquis le statut de mission diplomatique de la République de Guinée Équatoriale en République française », a estimé le juge Abdulqawi Ahmed Yusuf au tribunal des Nations unies, basé à La Haye (Pays-Bas).

Le Président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo dirige le pays depuis 41 ans.

Malgré les richesses en pétrole et en gaz, 76 % des 1.5 millions de personnes de la Guinée équatoriale vivent dans la pauvreté, selon l’ONU et la Banque mondiale.

Son fils, qui est également vice-président du pays, a récemment fait la une des journaux pour partager des images de drones de ses vacances somptueuses sur Instagram. Le journaliste d’enquête Emmanuel Freudenthal a tweeté que M. Obiang séjournait dans un hôtel sur une île privée aux Maldives au coût de 50,000 $ (38,000 €) par nuit.

Atlanticactu.com

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents