En déficit de main d’œuvre, l’Italie régularise 200.000 travailleurs au noir

©Daiano Cristini/Sintesi/PHOTOSHOT/MAXPPP - Arezzo ; Italia ; 12/09/2018 - Sangiovese grape harvest in the vineyards of Tenuta San Fabiano Conti Borghini Baldovinetti , Strada del Vino Terre di Arezzo district, Arezzo , Tuscany, Italy Photo © Daiano Cristini/Sintesi

Depuis le début de la pandémie et son corollaire de morts et malades, l’Italie avait déjà régularisé plusieurs migrants clandestins. Cette fois-ci, pour soutenir le secteur agricole, des  étrangers et Italiens non déclarés devraient rejoindre des secteurs en manque de main-d’œuvre.

La crise du virus aura eu un effet direct sur la lutte contre le travail au noir en Italie et les risques sanitaires afférents. Après des semaines de négociations avec le Mouvement 5 étoiles (M5S), le gouvernement vient d’adopter une mesure qui entend traiter trois problèmes liés entre eux: répondre aux besoins urgents de main-d’œuvre du pays, assurer la sécurité sanitaire des travailleurs et s’attaquer aux organisations criminelles qui exploitent cette main-d’œuvre dans des conditions proches de l’esclavage.

Il s’agit en fait d’une régularisation temporaire de quelque 200.000 travailleurs clandestins dans l’agriculture au sens large, des aides à domicile et du personnel soignant. Régularisation d’étrangers mais aussi d’Italiens, dont les demandes devront être présentées du 1erjuin au 15 juillet. «À partir d’aujourd’hui, les invisibles seront visibles», affirmait la larme à l’œil, la ministre de l’Agriculture, Teresa Bellanova, à l’initiative de la mesure.

La Rédaction 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici