lundi, 20 mai 2024 09:32

Tribune : SUCCÈS AU SÉNÉGAL et ECHEC EN ALGÉRIE : Rachid Nekkaz, Président du Think Tank  » Panafrican Solutions « , théoricien du Plan B réussi à l’élection présidentielle du 24 mars au Sénégal.

Les plus lus

Sénégal
Atlanticactu / Dakar / Alger / Rachid_Nekkaz
Loi d’amnistie au Sénégal
Entre deux prisons en Algérie et en France, je me suis rendu à deux reprises en Afrique et notamment au Sénégal en septembre 2023 puis en février 2024. L’objectif était double. D’une part, de conseiller bénévolement l’entourage du Président Macky Sall sur l’opportunité de faire voter une Loi d’amnistie afin d’apaiser le climat social et politique qui devenait explosif avec l’incarcération de plus de 1000 militants et sympathisants du parti d’opposition « Pastef » dont le leader charismatique Ousmane Sonko, devenu inéligible pour la Présidentielle du 24 mars. Je suis heureux de voir que le Président Macky Sall a fait voter cette Loi d’amnistie par le Parlement en moins d’une semaine le 6 mars dernier.

Plan B au Sénégal
D’autre part, je n’ai pas ménagé mes efforts depuis 9 mois pour présenter et convaincre mes interlocuteurs proches du Pastef de la pertinence de ma stratégie du Plan B.
L’objectif était de permettre à l’opposant Ousmane Sonko de devenir malgré tout Président de la République après ces élections en adoubant un candidat de substitution. Il s’agissait pour Sonko de nommer une doublure (acte 1) qui créerait par décret ou référendum – une fois élu – le poste de Vice-Président au profit de Sonko (acte 2). Ce dernier deviendrait Président après la démission de son candidat fraîchement élu (acte 3). Là aussi, je suis honoré de constater que cette stratégie politique – dont le mérite est sa dimension pacifique et pédagogique – a été finalement adoptée et appliquée à la lettre par le Pastef.
En effet, Ousmane Sonko a non seulement adoubé son voisin de cellule, non frappé d’inéligibilité, Bassirou Diomaye Faye. Mais ce dernier s’est aussi engagé sans son programme présidentiel – décliné en 55 propositions – à créer le poste de Vice-Président.
Il ne fait aucun doute pour les observateurs avertis que cette fonction sera exercée par Ousmane Sonko si la victoire est au rendez-vous au sortir des urnes. Il ne restera plus alors qu’à passer au 3ème acte de cette stratégie politique gagnante, c’est à dire la démission du Président fraîchement élu, au profit d’Ousmane Sonko qui deviendrait constitutionnellement le 6ème Président de la République sénégalaise sans avoir besoin d’organiser une nouvelle élection.
Proposition d’une Loi d’amnistie en Algérie
J’avais tenté en vain d’appliquer cette même stratégie politique de la Loi d’amnistie en Algérie lors des élections présidentielles d’avril 2019 où j’étais candidat.
Plan B en Algérie
Les médias nationaux et internationaux avaient aussi beaucoup parlé du Plan B non sans une pointe d’ironie. Malheureusement, l’ancien Président en exercice, Abdelaziz Bouteflika, avait préféré annuler les élections afin de m’empêcher d’accéder au pouvoir. Par ailleurs, le manque de culture politique en Algérie ne m’avait pas permis d’obtenir l’adhésion du Peuple qui avait perçu cette stratégie politique audacieuse comme un manque de respect à son égard.
Heureusement, 5 ans après, l’opposition sénégalaise est en train d’apporter la preuve éclatante que ma stratégie était la voie à suivre pour non seulement arriver au pouvoir pacifiquement mais surtout pour continuer à incarner les espoirs de la jeunesse en quête légitime d’un meilleur avenir dans un pays autoritaire sur le continent africain. Nul n’est Prophète en son pays…
________
Contact : Rachid Nekkaz
Président du Think tank  » African Solutions  » :
www.facebook.com/Nekkaz2019
@Rachid_Nekkaz
Tel WhatsApp : +213542761519

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents