Trafic de drogue : Traqué à Dakar, Bissau et Praïa, «Fuminho» tombe à Maputo

La DEA américaine soutenue par les polices anti drogue brésilienne, sénégalaise, Bissau guinéenne et mozambicaine vient de frapper un grand coup. «Fuminho» l’un des principaux barons de la drogue brésilienne en fuite depuis plusieurs années vient d’être arrêté après une longue filature. Dans l’œil de la justice américaine , Gilberto Aparecido dos Santos avait migré en Afrique de l’Ouest où il continuait d’alimenter ses réseaux en Afrique, eu Europe et aux USA.

Un des narcotrafiquants les plus recherchés du Brésil a été arrêté lundi au Mozambique, ont annoncé les autorités brésiliennes, qui l’accusent d’avoir envoyé «des tonnes de drogue dans plusieurs pays». Membre éminent du plus grand groupe du crime organisé du Brésil, le Premier Comando de la Capitale (PCC), Gilberto Aparecido dos Santos, connu sous le surnom de «Fuminho» (fumette) «était en fuite depuis plusieurs ans», a expliqué la Police fédérale brésilienne dans un communiqué publié sur leur site. «Il était considéré comme le plus gros fournisseur de cocaïne d’une faction criminelle présente dans tout le Brésil, tout en étant responsable de l’envoi de plusieurs tonnes de drogues à plusieurs pays notamment africains comme le Sénégal, la Guinée Bissau, la Côte d’Ivoire ou le Mali», précise le texte.

Le narcotrafiquant a été arrêté dans le cadre d’une opération menée par les polices du Brésil et du Mozambique, avec la participation de la diplomatie brésilienne, du département de la Justice des Etats-Unis (DoJ) et de l’Agence américaine de lutte contre le trafic de drogue (DEA).

Activement recherché, Gilberto Aparecido dos Santos avait « délocalisé » ses activités en Guinée Bissau et séjournait de temps en temps à Dakar, Bamako ou Maputo où il a été repéré grâce à l’ambassade brésilienne au Mozambique.

Pour l’arrêter, la DEA aura investi plus de trois millions de dollars pour obtenir des renseignements. Plusieurs indics ont travaillé à localiser l’homme qui dit-on, avait cessé depuis dix ans d’utiliser le téléphone. Il communiquait à travers un système de coursiers qui traversaient régulièrement l’Atlantique pour maintenir le cordon avec ses lieutenants restés au Brésil et éparpillés partout sur la côte africaine.

Le PCC est une puissante faction criminelle née dans les années 90 dans les prisons de Sao Paulo (sud-est). Ces dernières années, ce groupe a étendu son influence dans de nombreux Etats du Brésil, notamment dans les régions amazoniennes du Nord, pour contrôler la route de la cocaïne produite dans les pays voisins, comme la Colombie, le Pérou ou la Bolivie.

D’après la Police Fédérale, Gilberto Aparecido dos Santos «était en train de financer un plan d’évasion» du leader de la faction, Marcos Willians Herbas Camacho, dit «Marcola», incarcéré dans une prison de haute sécurité près de Brasilia, pour purger des peines cumulées de plus de 200 ans.

Christian Essowé MEA (Atlanticactu.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici