jeudi, 18 avril 2024 11:52

Sénégal : « Un avion présidentiel est un acte de souveraineté de sécurité », selon Seydou Guèye

Les plus lus

@Atlanticactu.com – La polémique continue d’enfler au sujet de l’achat d’un nouvel aéronef présidentiel. Et ce , au moment où les sénégalais dans leur immense majorité, vivent avec moins d’un dollar par jour. Si l’opposition tacle le président Macky Sall qui aurait d’autres urgences du moment, le pouvoir par contre maintient la nécessité d’offrir un avion digne de ce nom au Chef de l’état sans entrer dans les détails de l’acquisition dudit appareil qui suscite débats.

Après la sortie du ministre Oumar Gueye porte-parole du gouvernement sur l’acquisition de l’avion depuis 2019 et le caractère « Secret défense » qui entoure l’achat de l’avion de commandement A320neo par l’Etat du Sénégal qui continue de susciter des réactions, c’est le ministre Conseiller Seydou Gueye qui vient rajouter une nouvelle couche en évoquant la nécessité de doter le président d’un avion pour des raisons de sécurité et de souveraineté

Dans un entretien accordé au quotidien national Le Soleil, le coordinateur de la communication de la présidence de la République  estime que « le Sénégal a toujours disposé d’un avion de commandement, c’est un principe de souveraineté ». Et Seydou GUÈYE d’assurer que la « Pointe Sarène », très vétuste, ne garantit plus la sécurité du président de la République lors de ces missions. Ainsi, le remplacer « par un aéronef neuf, plus performant » ne doit pas être un sujet d’autant de débats.

« Notre pays doit toujours tenir son rang et sa place dans le concert des Nations. Les locations d’avions coûtent excessivement chères. Et se  faire prêter un avion par des pays amis, pour des missions présidentielles ou officielles du Sénégal, n’est pas un gage d’indépendance. Acquérir dès lors un nouvel aéronef participe d’une question de sécurité pour des missions présidentielles et ministérielles. Pour moi, il s’agit d’une question de souveraineté et de sécurité pour le Sénégal, au-delà des impératifs liés à la mise à jour des dispositifs de navigation eu égard à la rapidité de l’obsolescence en la matière », explique-t-il.

Charlotte Diop 

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents