samedi, 13 avril 2024 15:05

Scandale foncier : Octroi de près de 9 hectares à la Sertem, un arbre qui cache la forêt

Les plus lus

En s’emouvant du tout nouveau scandale foncier sur le patrimoine de l’Université Cheikh Anta DIOP, d’aucuns étaient loin de penser que la pire forfaiture s’est effectuée quelques mois auparavant. 100.000 mètres carrés étaient déjà délestés de l’ex ENEA. Les prés de 9000 mètres carrés octroyés à Sertem Prooerties étaient le crime de trop.
«Objet de toutes les convoitises depuis toujours de la part d’Institutions étatiques, d’organismes privés, le patrimoine foncier de l’Esea ex Enea aiguise les appétits et il est agressé de toute part. Depuis quelques années, il est régulièrement squatté, grignoté, amputé, sans consultation des agents de l’Esea et avec la complicité ou le silence coupable des autorités étatiques et universitaires…..
…L’Esea ex Enea s’est vu spolier très facilement 101.415,08 m2 de son patrimoine foncier. Et pire, les prédateurs fonciers voudraient continuer leur forfaiture sur le peu de foncier qui reste à l’Institution ». Cette déclaration est de l’enseignant chercheur à l’Esea, Falilou Ba. Il est aussi le secrétaire général de la section Sudes/Esr.
Dans une note transmise à la Rédaction de Sud Quotidien hier, mercredi 7 septembre, « il juge que l’assiette foncière était, en vérité, très importante, à la hauteur de l’ambition que le père fondateur nourrissait pour cette école, formatrice des agents de développement et incubatrice des politiques de développement pour le Sénégal et pour l’Afrique».
En son sein, ajoute-t-il, «l’école abritait même les logements des enseignants, qui ont été déguerpis manu militari de leurs habitations pour y loger, à leur place, les enseignants du Supérieurs, avec la Cité des enseignants construite sur un lot de 61580 m2».
Le constat désolant du professeur Falilou Ba, c’est aussi que ces dix dernières années, la boulimie foncière des prédateurs s’est accentuée. En effet, selon lui, le service des domaines s’est adjugé une portion de 3772,78 m2 pour y abriter un de leur centre, ensuite l’Université virtuelle du Sénégal (Uvs) a implanté son Espace numérique ouvert (Eno) de Dakar sur 4666,36 m2 du site. Et même les Américains ont réussi à avoir leur part du gâteau foncier en érigeant leur école dans l’enceinte de l’Esea sur une «superficie de 31396 m2».
Pis, si l’on en croit toujours Falilou Ba, les Américains ont procédé à la démolition de certains logements d’étudiants pour y installer leur parking de voitures. L’Institut de la gouvernance territoriale (Igt) a fini de faire de l’Esea son domicile. Il finit par dire que la validation de cette cessation serait un frein à plusieurs projets qui devront accompagner les enseignants à l’Asea.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents