mercredi, 16 juin 2021 19:15

Payet: “J’ai dit ce que j’avais sur le cœur”

Les plus lus

Après ses propos forts à l’encontre de Rudi Garcia avant la rencontre, Dimitri Payet a parfaitement assumé sur le terrain en portant l’Olympique de Marseille vers la victoire contre Lyon (2-1). Le meneur de jeu réunionnais s’est comporté en véritable patron.

Quand Payet va, tout va, à l’Olympique de Marseille. Le n°10 phocéen ne porte plus le brassard de capitaine, de nouveau attribué à Steve Mandanda, mais il reste assurément l’un des cadres de l’OM. Dimanche soir, face à Lyon (2-1), l’ancien Nantais a été bien plus que le leader technique d’une équipe qui avait pâti de sa suspension de quatre matches au mois de septembre. Il a été celui qui a sonné la charge, qui a donné le ton d’une rencontre où, comme n’a pu que le constater Rudi Garcia, les Marseillais “en voulaient beaucoup plus” que les Lyonnais.

Et tout est pour ainsi dire parti de la conférence de presse, deux jours plus tôt, où Payet avait eu des mots forts à l’égard de Garcia, en ne cachant pas sa surprise de retrouver son ancien entraîneur aussi rapidement sur le banc d’en face, sous les couleurs d’un rival. “J’ai dit ce que j’avais sur le coeur et ce qui me dérangeait, a expliqué Payet, après la rencontre, au micro de Canal+. Je ne voulais pas mettre le feu mais dire ce que j’avais à dire. J’assume totalement ce que j’ai dit en conférence de presse. J’étais focus sur mon match. Je savais ce que j’avais à faire.”

Après avoir fait preuve de sang-froid pour transformer le penalty consécutif à la main de Thiago Mendes (18e), Payet a tout fait sur le deuxième but (39e): un tacle rageur pour récupérer le ballon, une transversale de l’extérieur du droit pour éclairer le jeu, et une frappe placée pour conclure. Comme un résumé parfait de son match. On avait une idée de jeu, on avait des idées bien précises et on va dire que tout a bien marché ce soir, analyse l’homme du match. Mes déclarations, on s’en est aussi servis pour nous motiver. C’était une bonne pression. On savait que sur ce match-là, il fallait rester uni, la tête froide, à l’image de notre première mi-temps où on a fait ce qu’il fallait faire.” Et Payet en particulier.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents

error: