OPINION : L’allégation de viol de Fatou Jallow contre l’ancien président Yaya Jammeh est une fausse campagne médiatique conçue dans le but de susciter la sympathie du public à l’égard des poursuites contre l’ancien président et de l’exploitation financière ( Suite et Fin)

Pendant les années de relation entre Fatou avec l’ancien président Jammeh, l’ancien président avait «dédié la route Jarra Soma-Basse aux femmes gambiennes pour son soutien constant à lui et à toutes ses initiatives depuis 1994. Il a également rebaptisé la route Queen Y2J Highway», comme indiqué dans Daily Observer le 12 mai 2015. Le changement de nom de la route Jarra Soma-Basse en reine Y2J signifie simplement «reine Yaya Toufah Jallow», puisque Fatou Jallow est communément appelée Toufah Jallow. Au cours du même mois de mai 2015, Jammeh, avec l’accord de Fatou Jallow, a commandé l’installation d’un panneau publicitaire reprenant l’image de Fatou sur Westfield Junction et sur l’autoroute Brikama. Fatou a changé d’avis par la suite et a demandé à l’ancien président de retirer le panneau d’affichage, car celui-ci l’exposait trop. L’ancien président a ordonné à ses proches collaborateurs de retirer le panneau d’affichage reprenant la photo de Fatou Jallow comme étant la reine du pays. L’ancien Président Jammeh a apporté une aide financière et a même offert à Fatou Jallow un manoir classique. La mère de Fatou a été informée de chaque décision et a approuvé chaque offre. Les officiers du protocole de Statehouse se rendaient fréquemment chez Fatou où elle parlait au téléphone avec l’ancien Président Jammeh pendant des heures. Fatou avait prévu de s’installer dans un nouvel hôtel durant le mois de Ramadan, mais elle a finalement changé d’avis et a quitté le pays avec l’aide d’un Gambien vivant aux États-Unis.

Selon un haut responsable de la protection du président, la sécurité de Fatou était assurée par la garde de l’ancien président et coordonnée par le général Alagie Martin, qui a chargé des policiers en civil de protéger Fatou Jallow au domicile de la famille. Le général Martin était un officier supérieur responsable de la sécurité de Jammeh et était le commandant de l’état-major particulier au moment du départ de Fatou de la Gambie. Les Gambiens se rappelleraient que le 25 juin 2015, deux jours après le départ inattendu de Fatou Jallow, les journaux et les médias en ligne ont publié un titre intitulé «Le président gambien Yahya Jammeh a limogé son commandant de longue date, le brigadier général Alhagie Martin de son poste de commandant de la garde d’État avec effet immédiat ». Le limogeage du brigadier Martin a eu lieu à la suite du départ inattendu de Fatou Jallow du territoire gambien. Lorsque Fatou est arrivée au Sénégal le lundi 22 juin 2015, elle a été emmenée au bureau de l’UNHCR à la suite de la publication de son article sur les médias en ligne gambiens, selon un agent de sécurité sénégalais. Avec la publication de son récit et l’aide du président Macky Sall, du HCR et d’un Gambien aux États-Unis, Fatou a rapidement obtenu l’asile politique au Canada. L’intervention du président Macky Sall visait à éviter un conflit entre la Gambie et le Sénégal car l’ancien Président Jammeh était extrêmement contrarié par les allégations sexuelles que Fatou avait portées contre lui. L’allégation de Fatou a donc considérablement aggravé les relations entre les deux dirigeants. L’accusation a également gagné en popularité chez les dissidents de la diaspora qui l’utilisaient comme un outil politique pour dénoncer les violations des droits de l’homme commises par Jammeh. Fatu Radio, en particulier, est devenue l’un des principaux organes de presse qui a mis en évidence l’histoire de Fatou Jallow dans la lutte pour un changement de régime en Gambie. Fatou Jallow s’est finalement installée au Canada et a épousé l’homme gambien qui l’a aidée à quitter la Gambie en toute sécurité.

Les accusations de Fatou Jallow ont été utilisées par la diaspora gambienne pour atteindre l’opinion internationale. Aujourd’hui, un homme comme Reed Brody qui cherche de quoi se mettre sous la dent depuis le départ de Jammeh, a trouvé un bon filon comme avec l’affaire Habré

Fatou Jallow continue de travailler avec les dissidents gambiens qui souhaitent toujours voir les poursuites engagées par Jammeh et sa responsabilité pour violations des droits de l’homme au cours des 22 dernières années. Aujourd’hui, elle est le visage du mouvement d’allégations sexuelles visant à poursuivre l’ancien président Yaya Jammeh. Bien que l’ancien président Jammeh ait commis tant de crimes horribles contre de nombreuses personnes, Fatou Jallow n’a jamais été une véritable victime de l’exploitation sexuelle de Jammeh. Selon divers rapports de la State House, Jammeh ne l’a jamais agressé ou violé sexuellement. En fait, divers rapports indiquent que Jammeh était très généreux avec Fatou et très amoureux d’elle. La mère de Fatou, Awa Saho, a joué un rôle clé dans ses relations avec l’ancien Président. Immédiatement après le départ de Fatou, sa mère, Awa Saho a été convoquée à Statehouse où elle a rencontré l’ancien Président Jammeh. Selon les différents responsables de la sécurité, Awa aurait été encouragée à demander à Fatou de rentrer chez elle et Jammeh a assuré Awa et sa famille la sécurité totale. Il était inquiet pour son avenir politique si l’accusation de viol de Fatou continuait de faire les gros titres de la presse internationale. Alors que les militants gambiens à travers le monde continuaient à utiliser les allégations d’exploitation sexuelle comme une arme politique, Jammeh était inquiet et a proposé une nouvelle stratégie pour détourner l’attention du public. Le 25 juillet 2015, le président Jammeh a offert une amnistie à plus de 200 prisonniers, y compris d’anciens coupables. Cela a détourné l’attention du public et Jammeh a fini par se concentrer sur les fonctions quotidiennes du gouvernement. Jammeh a également tenu compte des conseils d’aide de confiance qui ont insisté sur la sécurité d’Awa Saho et de sa famille depuis que l’allégation sexuelle était internationalement connue. Awa Saho et sa famille n’ont jamais été arrêtées ni intimidées malgré les accusations sexuelles de Fatou contre l’ancien Président Jammeh.

Fatou Jallow devrait dire aux gambiens et à la communauté internationale, combien de fois l’ancien Président a passé la nuit chez elle et surtout, combien de fois, des enveloppes de milliers de dollars lui ont été remis par les envoyés de Jammeh. La Gambie mérite mieux qu’un vulgaire film porno proposé par une fille qui a bien profité de l’argent public

Si Fatou est vraiment victime d’exploitation sexuelle, elle aurait dû faire face à la Commission vérité et réconciliation avant de se lancer dans une campagne médiatique internationale contre l’ancien président Jammeh. Des personnes comme l’ancien vice-président de la Junte, Sana Sabally, qui ont commis des crimes odieux ont comparu devant la commission de vérité et de réconciliation sans aucune campagne médiatique. En fait, aucune des victimes ou des auteurs n’a mené de campagne dans les médias pour mettre en lumière les crimes qui leur étaient reprochés. Alors pourquoi Fatou Jallow dans sa campagne médiatique internationale pour présenter ses allégations de viol contre l’ancien président Jammeh sans son témoignage devant la commission? C’est une question importante que chaque citoyen doit poser. La commission vérité et réconciliation devrait examiner les relations financières de Jammeh avec ses diverses maîtresses qui ont bénéficié de l’argent des contribuables. Non seulement Fatou Jallow a-t-elle reçu une compensation pécuniaire pour une relation sexuelle consensuelle, il y a beaucoup plus de maîtresses de Jammeh qui ont reçu une assistance financière au détriment des pauvres en Gambie. Beaucoup de ces maîtresses se sont senties honorées et fières d’avoir une relation sexuelle avec Jammeh.

Aujourd’hui, bon nombre de ces mêmes personnes changent de discours et prétendent être victimes d’abus sexuels. La commission devrait également examiner les avantages monétaires que ces personnes ont obtenus. Après 22 ans de mensonges et de fabrications, le peuple gambien n’a pas besoin de faire de la propagande bon marché pour défendre ses intérêts personnels égoïstes et une opportunité politique. Il est honteux de voir le ministère de la Justice commenter publiquement une accusation de viol sans que les prétendues victimes et auteurs de tels actes soient traduits devant le tribunal ou comparaissent devant la commission. Politiser la commission actuelle est une injustice et va à l’encontre du but fondamental de la justice et de la réconciliation. En tant que pays, nous devons faire du bon travail pour enquêter sur chaque histoire avant de sauter rapidement à la conclusion. L’affaire Fatou Jallow est une tragédie fondée sur la cupidité, l’exploitation financière et la supercherie pour faire échec à la justice dans la nouvelle Gambie. Puisse la justice guider nos actions vers le bien commun. Puisse Allah le Tout-Puissant bénir notre pays avec des citoyens honnêtes qui croient vraiment qu’il est important que nos citoyens agissent dans le bon sens S’il vous plaît publier pour des raisons de vérité.

Cordialement
Un Citoyen qui donne sa part de vérité

Mustapha Touray
Ancien Conseiller Éducation
State House

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici