Maroc : Deux jeunes ivres abattus par un policier à Casablanca

Casablanca : Le policier ayant ouvert le feu sur un couple de jeunes qui étaient apparemment ivres au moment des faits n’aurait visiblement pas agi en position de légitime défense. Une vidéo le montre tirer un coup de feu sur une jeune femme déjà par terre et ne constituant par un danger imminent pour lui.

Une enquête a été ouverte, ce dimanche 7 juillet 2019, par le Service préfectoral de la Police judiciaire de Casablanca, en vue de déterminer les circonstances de l’usage de son arme de service par un Inspecteur principal de police. Celui-ci avait tiré sur quatre jeunes, dans un acte de légitime défense, tuant un garçon et une fille.

Selon un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), les données préliminaires de l’enquête révèlent que l’Inspecteur de police avait procédé à l’arrestation de quatre jeunes personnes, notamment, deux garçons et deux filles, dans un état d’ébriété avancée.
Les quatre individus, soupçonnés d’être impliqués dans des actes criminels et, en possession d’armes blanches, avaient fait preuve d’une résistance farouche, obligeant l’inspecteur à faire usage de son arme de service. Les coups de feu, tirés par le policier, n’ont laissé aucune chance aux deux jeunes.

Un vidéo de surveillance scrutée par l’Inspection Générale des Services de police, écarte la thèse de la légitime défense

La thèse de légitime défense qui aurait conduit un policier à Casablanca ( Maroc ) à ouvrir le feu sur un couple ne tient plus, en tout cas pour le cas de la jeune femme sur qui il avait ouvert le feu la tuant sur le coup alors qu’elle se trouvait par terre, ne présentant aucun danger apparent ni pour les policiers ni pour le public.

La vidéo publiée sur la plate forme YouTube contredit la version reprise par les médias locaux faisant croire que le policier aurait usé de son arme à feu face à quatre individus qui auraient résisté farouchement aux forces de l’ordre venues les interpeller.

Les dépouilles des deux victimes ont été transférées à la morgue, pour les besoins d’autopsie, alors que les investigations suivent leur cours pour déterminer l’identité des autres suspects et pour recueillir les témoignages de personnes présentes lors de l’intervention.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici