Mali : les militaires pour une transition de 3 ans (médiation/junte)

Une transition de trois ans au Mali, dirigée par un militaire avec un gouvernement composé en majorité de militaires est la proposition faite, dimanche par le Comité national pour le Salut du peuple (CNSP) à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), ont annoncé les deux camps à l’issue de la première journée de négociation entre la junte et le médiateur de la CEDEAO, Goodluck Jonathan.

Le CNSP qui a contraint le président Ibrahim Boubacar Kéita à dissoudre l’Assemblée nationale et à présenter sa démission le 18 août, a néanmoins fait des concessions. Il a notamment accepté, que le président déchu retourne chez lui ou qu’il aille se soigner à l’étranger dans un pays de son choix.

A noter que le médiateur de la CEDEAO a pu s’entretenir, samedi, avec le président déchu, Ibrahim Boubacar Kéita, qui a renoncé à ses fonctions de président de la République.

«Nous avons pu nous entendre sur certains points, mais pas encore sur l’ensemble des points de discussions», a déclaré Goodluck Jonathan, chef de la délégation de la CEDEAO, à l’issue de cette première journée de négociation. Des désaccords qui l’obligent à prolonger sa mission d’au moins une journée au Mali.

«Les discussions continuent. On a eu des points de compromis sur certains aspects et la négociation va continuer demain», a également indiqué le Colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du CNSP.

Les négociations reprennent ainsi, lundi 24 août, et les deux parties espèrent parvenir rapidement à un accord sur l’ensemble des questions mises sur la table des négociations.

ATLANTICACTU/AA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici