lundi, 3 juin 2024 17:20

Libye : HRW s’interroge sur l’extradition d’un suspect de l’attentat de Lockerbie

Les plus lus

Libye

Atlanticactu/ Tripoli/ AP

Un groupe de défense des droits de l’homme a exhorté lundi les États-Unis et la Libye à expliquer la base juridique de l’extradition surprise d’un ancien officier des services de renseignement libyens accusé d’avoir fabriqué la bombe qui a fait exploser le vol 103 de la Pan Am au-dessus de Lockerbie, en Écosse.
Les autorités américaines ont annoncé en décembre qu’elles avaient arrêté Abu Agila Mohammad Mas’ud Kheir Al-Marimi, accusé d’être à l’origine de la bombe qui a fait s’écraser le vol à destination de New York quelques jours avant Noël en 1988. L’attentat a tué 259 personnes dans les airs et 11 au sol.
L’arrestation et l’extradition de Mas’ud ont soulevé des questions sur la base juridique de la manière dont il a été arrêté, quelques mois seulement après sa libération d’une prison libyenne, et envoyé aux États-Unis. Les responsables américains ont déclaré que son transfert était légal et l’ont décrit comme l’aboutissement d’années de coopération avec les autorités libyennes.
La Libye et les États-Unis n’ont pas d’accord permanent sur l’extradition, de sorte qu’il n’y avait aucune obligation de remettre Mas’ud. Des responsables libyens ont déclaré à l’Associated Press en décembre que des milices loyales au gouvernement d’unité nationale basé à Tripoli étaient à l’origine de sa détention et de sa remise aux États-Unis.
Human Rights Watch a déclaré que la saga de Mas’ud a soulevé des préoccupations en matière de droits. « Il semble qu’aucun tribunal libyen n’ait ordonné ou contrôlé le transfert de Mas’ud aux États-Unis et qu’il n’ait pas eu la possibilité de faire appel, ce qui soulève de sérieuses inquiétudes quant à la régularité de la procédure », a déclaré Hanan Salah, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à HRW.
Mas’ud a été arrêté à son domicile dans le quartier d’Abu Salim à Tripoli, qui est contrôlé par un réseau de milices alliées au Premier ministre Abdelhamid Dbeibah, basé à Tripoli. Le ministère public libyen a contesté cette décision et ouvert une enquête.
Dbeibah a reconnu le rôle de son gouvernement dans l’extradition, qualifiant Mas’ud de « terroriste ». Le Premier ministre n’a toutefois pas expliqué la légalité de son arrestation ou de son transfert aux États-Unis. Il n’a pas fourni de preuves tangibles pour aucune de ses allégations.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents