lundi, 20 mai 2024 08:37

Les Gardiens de la Révolution lancent des dizaines de drones armés lancés contre Israël

Les plus lus

Israël
Atlanticactu / Tel Aviv / Youssef Zyne
En représailles contre l’attaque de ses locaux à Damas en Syrie, l’Iran a lancé des dizaines de drones contre Israël dans un contexte d’escalade. C’est le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) qui confirme que plus de 400 à 500 missiles balistiques et des drones ont été tirés en direction d’Israël, selon l’armée israélienne dont le porte-parole militaire Daniel Hagari a déclaré que les drones devraient mettre des heures à atteindre leurs cibles.
Selon les médias occidentaux, l’Iran a utilisé plus de 400 à 500 missiles balistiques, missiles de croisière et drones suicides lors de ces attaques. Le vol de ces armes a été enregistré dans différentes régions d’Iran et d’Irak. En outre, des informations ont été publiées sur la survenue d’une explosion sur le sol iranien qui, si elle est avérée, peut être considérée comme un défaut technique et une défaillance des missile.
Le Corps des gardiens de la révolution islamique d’Iran (CGRI) a confirmé que ses forces armées avaient tiré des dizaines de drones et de missiles en direction d’Israël. Ces soldats ont précisé que cette attaque venait en représailles aux « nombreux crimes » commis par Israël, notamment l’attaque de la semaine dernière contre la section consulaire de l’ambassade d’Iran à Damas.
L’armée israélienne a déclaré que ses forces étaient en état d’alerte à la suite de l’attaque iranienne. Elle a ajouté qu’il y aurait des perturbations du système GPS pendant que l’armée s’efforcerait d’intercepter les drones.
« Le réseau de défense antiaérienne des Forces de défense israéliennes (FDI) est en état d’alerte, de même que les avions de chasse des Forces aériennes israéliennes et les navires de la marine israélienne qui sont en mission de défense dans l’espace aérien et naval d’Israël. Les FDI assurent la surveillance de toutes les cibles », a déclaré l’armée dans un communiqué.
L’attaque au missile contre le consulat iranien à Damas, le 1er avril, a fait au moins 13 morts, dont sept conseillers militaires. Téhéran a accusé Israël d’être à l’origine de cette attaque qui a fait des victimes parmi lesquelles figuraient figuraient le général Mohammad Reza Zahedi, haut commandant du CGRI en Syrie et au Liban, et son adjoint, le général Hadi Haj Rahemi.
Après l’attaque, les principaux dirigeants iraniens et militaires ont assuré qu’il y aurait une « réponse décisive », mais le moment exact n’a pas été précisé.
Lors d’un rassemblement organisé mercredi à Téhéran à l’occasion de la fête musulmane de l’Aïd al-Fitr, le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré qu’Israël « sera puni » pour son attaque.
Selon les experts, l’attaque iranienne est susceptible de déclencher un conflit régional en cas de représailles de la part d’Israël.
*Traduit de l’Arabe par Youssef Zyne 

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents