jeudi, 18 avril 2024 10:23

Irrégularités notées dans le recensement des électeurs, l’opposition critique et menace

Les plus lus

RDCongo
Atlanticactu/ Kinshasa/ Lolita Batamio
Les opérations de recensement des électeurs se poursuivent dans le pays, en vue des scrutins prévus pour le 20 décembre. Vendredi 7 avril, l’opposition a critiqué la commission électorale, la Céni. Elle accuse l’organe électoral d’enrôler des mineurs, des étrangers et dénonce aussi l’existence de centres fictifs et la détention de kits d’enrôlement par des groupes armés ou encore des particuliers.
La coalition d’opposition LAMUKA a critiqué, vendredi, la commission électorale nationale indépendante (Céni) qu’elle accuse d’avoir orchestré des irrégularités massives et des manquements graves dans l’opération de recensement des électeurs qui tend vers la fin en République démocratique du Congo (RDC).
« Les machines d’enrôlement tombent régulièrement en panne et cela entraîne des fermetures des centres d’inscriptions pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines. Certaines machines sont retirées de certains centres sans qu’on sache ce qu’on en fait », a déclaré lors d’un point de presse à Kinshasa, Jean Félix Senga, responsable de la coordination des opérations électorales de la coalition.
Il a dénoncé la « détention des fiches d’identification, des cartes vierges et des kits d’enrôlement par certaines personnes non-membres de la Céni».
Lors d’un accident vers Tshikapa (centre) au mois de février et récemment à Kasumbalesa (sud-est), « on a vu dans un véhicule des objets hautement sécurisés relatifs à l’enrôlement se déverser dans la chaussée. Les services de l’ANR (agence nationale des renseignements) ont eux aussi saisi des cartes d’électeurs. A Kinshasa, les citoyens ont vu des personnes sans qualité se promener avec des kits électoraux », a encore ajouté Senga.
Il a affirmé, en outre, que « certains centres se sont retrouvés avec des cartes d’électeurs dont la série a déjà été utilisée ailleurs ».
La coalition accuse l’organe électoral d’enrôler des mineurs, des étrangers et dénonce aussi l’existence de centres fictifs et la détention de kits d’enrôlement par des groupes armés ou encore des particuliers.
A la lumière de ce qui précède, a-t-il ajouté, LAMUKA « n’a plus aucun doute pour confirmer que Monsieur Dénis Kadima (président de la centrale électorale, ndlr) et la Céni sont déterminés à produire un fichier électoral totalement corrompu afin de faciliter la fraude électorale en faveur de Monsieur Félix Tshisekedi ».
La coalition a exigé « le plus urgemment possible une réunion entre les parties prenantes pour évaluer le travail effectué et décider de façon consensuelle des mesures correctives ».

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents