lundi, 20 mai 2024 09:52

Gambie : La Société civile se braque contre BARROW,  » Nous n’accepterons plus jamais in clone de Yaya JAMMEH »

Les plus lus

Gambie
Atlanticactu/ Serrekunda/ Amsatu BARROW
Suite aux menaces ouvertes du président Adama BARROW qui menace de sévir contre le principal parti d’opposition UDP pour « menace à la sécurité nationale ». Des propos condamnés par un groupe de la société civile.
Celestine Kujabi, secrétaire générale de la Coalition of Progressive Gambians, a déclaré que le groupe était « choqué et préoccupé » par les commentaires de Adama Barrow lors de l’ouverture des bureaux politiques du NPP dans l’arrière-pays du pays.
Dans une déclaration mise à la disposition de Atlanticactu.com, le mouvement des droits civiques a affirmé que la déclaration du président avait surpris le peuple gambien car elle avait été prononcée alors que de nombreux observateurs sentaient l’échec des valeurs démocratiques dans le pays.
La Coalition des Gambiens Progressistes souhaite rappeler au Président que, tout comme il prétend être poussé au-delà des limites, les Gambiens sont également poussés à bout. Les questions susceptibles d’être préoccupantes devraient être le projet de constitution de 2020, le coût de la vie élevé, la corruption persistante, la détérioration du secteur de la santé, la morosité de l’économie, les réformes de sécurité, les recommandations des commissions et groupes de travail coûteux, les rapports d’audit et leurs recommandations, », a déclaré CoPG dans un communiqué de presse.
Il ajoute : « Ce n’est pas le moment où les Gambiens devraient entendre de telles déclarations de la part d’un président élu par le peuple pour des objectifs très différents de ceux qu’il représente. Il est regrettable qu’un président élu par des Gambiens valorisant un bon système démocratique, soutenu par la diaspora et rendu populaire par les médias, puisse faire volte-face avec le soutien d’une cohorte de facilitateurs opportunistes, égocentriques et cupides du gouvernement. ancien régime, de prononcer un discours aussi peu judicieux devant le peuple qui l’a élu.
Le Mouvement des droits civiques a en outre condamné le président Adama Barrow pour avoir qualifié les Gambiens innocents et les opposants politiques de menaces à la sécurité nationale, soulignant que les menaces à la sécurité nationale auraient pu être évitées si son gouvernement avait entrepris des réformes du secteur de la sécurité du pays avec sérieux.
« Qualifier un groupe de personnes, un parti, des individus ou des médias de menace à la sécurité nationale est une manifestation de l’incapacité de son gouvernement à répondre aux menaces à la sécurité qui auraient pu être évitées. Si un véritable et véritable projet de réforme de la sécurité était défini et mis en œuvre de manière critique, il n’y aurait plus lieu de s’inquiéter des menaces à la sécurité », a en outre révélé CoPG dans son communiqué.
Le communiqué ajoute : « L’inconduite politique générale et le désordre ont été provoqués par le manque de concentration du gouvernement sur la mise en œuvre des réformes et des recommandations attendues. Supposons que le président se concentre sur une croissance et un développement accélérés, comme il le prétend. Dans ce cas, les Gambiens auraient dû mieux comprendre et faire taire les critiques.
CoPG a en outre fait valoir que le président avait donné raison à certains de ses critiques en exprimant son mépris pour le respect de l’État de droit et son intention d’outrepasser son autorité en matière de séparation des pouvoirs, notant que de telles déclarations négatives du président sonneraient l’alarme. la communauté internationale et pourrait avoir de graves conséquences pour le pays et ses programmes de développement.
« Il faut rappeler au président que ce sont les mêmes paroles prononcées par l’ancien président Yahya Jammeh, lui faisant perdre sa crédibilité et la présidence. Le président citant les pouvoirs qui lui sont conférés par la Constitution de 1997 montre clairement qu’il marche sur les mêmes traces que celles de l’ancien président », a observé CoPG.
Il ajoute : « Nous, la Coalition des Gambiens progressistes, appelons le président à revenir sur la voie qui a convaincu les Gambiens de voter pour lui, la diaspora de financer ses campagnes et les médias de le promouvoir ainsi que son programme. Nous, la Coalition des Gambiens Progressistes, exprimons notre déception et appelons la communauté internationale et les partenaires de bonne volonté à soutenir et à se montrer solidaires avec les Gambiens de bonne volonté pour rejeter cette déclaration.

Plus d'articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus récents