Week-end sanglant au Burkina Faso : au moins 50 tués

Photo d'illustration - @Issouf Sanogo AFP

Au Burkina Faso, la situation sécuritaire s’est fortement dégradée durant la semaine écoulée avec une succession d’attaques terroristes d’envergure qui ont fait une cinquantaine de morts, des blessés et plusieurs personnes portées disparues, ont rapporté les médias locaux.

Ces trois derniers jours, donc, les groupes armés opérant dans le pays ont encore frappé avec leur mode opératoire désormais bien connu, débarquent de nulle part sur une nuée de motos, fondent sur des villages et tuent, sans descendre de leurs montures, avant de disparaître à nouveau dans la nature.

Tout a commencé le vendredi dernier, lorsqu’un convoi de commerçants a été pris pour cible dans la province du Loroum (nord), faisant 15 civils tués; le même jour, les terroristes ont débarqué au beau milieu du petit marché du village de Sollé (nord) et y ont abattu 9 personnes.

Le lendemain, samedi 30 mai, en début d’après-midi, le scénario s’est reproduit au marché de bétail de Kopiembiga, plus au sud-est, avec au moins 25 victimes dans la foule mitraillée au hasard.

Dans la même journée de samedi, un convoi de la gendarmerie et de civils est tombé dans une embuscade à Bilbalogo (centre-nord). Le bilan fait état de 13 morts dont sept gendarmes ainsi qu’une quarantaine de blessés.

Sous-équipées et mal entraînées, les forces de l’ordre du Burkina, pays pauvre d’Afrique de l’Ouest, n’arrivent pas à enrayer la spirale de violences djihadistes, en dépit de certaines annonces triomphalistes, et malgré l’aide de forces étrangères, notamment de la France, présente dans le Sahel avec 5 100 hommes dans le cadre de l’opération anti-djihadiste Barkhane.

Les violences djihadistes – souvent entremêlées à des confits intercommunautaires – au Mali, au Burkina Faso et au Niger ont fait 4 000 morts dans ces trois pays voisins en 2019, selon l’ONU.

La Rédaction (atlanticactu.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici