L’ŒIL D’ATLANTICACTU.COM Naufrage du Joola : Dix-sept ans après, aucune promesse tenue

En célébrant le dix-septième anniversaire du naufrage du bateau le « Joola », les proches des disparus comme beaucoup de sénégalais constateront que les autorités continuent de tenir le sempiternel discours sur ce naufrage qui reste la plus grande catastrophe maritime au monde. Entre sollicitations des associations de victimes et les promesses gouvernementales, la tragédie du Joola n’aura au bout du compte, fait que des orphelins, sans plus.

Plus de deux milles morts, aucune sanction tout au plus quelques misérables millions de francs servis en guise de « Ndampaye » aux familles des victimes et des soixante et un rescapés. C’est le mauvais service que l’ancien Président de la République Abdoulaye Wade et la Justice auront rendu au Sénégal.

Chaque année, les commémorations se feront aux différents qui ont servi à recueillir les restes des corps échappés des flancs du bateau quand la majeure partie était restée engloutie dans les écoutilles tout simplement, parce que les opérations de secours n’avaient pas été lancées à temps pour sauver ces centaines d’enfants, de femmes et d’hommes dont les cris continuent de hanter les nuits de l’océan Atlantique et du Fleuve Gambie.

Dix-sept ans après, il est inconvenant et inconvenable que des autorités gouvernementales puissent se permettre de continuer de parler du projet du Mémorial alors que la première marque de respect vis à vis des disparus et de leurs proches. Les fameuses pupilles de la Nation, n’en parlons même pas par décence car, des différents gouvernements depuis la tragédie, seules les promesses ont été le discours préféré. Des actes par contre, on n’en a pas beaucoup vu.

À quand le véritable deuil de ce Joola ? À priori, personne n’en veut car cette tragédie au delà du nombre des disparus, cache les véritables manquements d’un État face à ses responsabilités. L’administration et non la gouvernance des Sénégalais par les autorités a fini de produire les résultats qui malheureusement, ont enfouis des centaines de vie au fonds de l’océan.

Dix-sept ans après, le Joola et ses secrets continuent d’être un mystère. Un vrai mystère qui a maintenu les gouvernements successifs dans la peur de renflouer le bateau alors que les enfants de Niafrang, Abéné, Kartong, Sanyang et Gunjur, continuent de plonger dans les entrailles de ce monstre visible de tous les pêcheurs en temps normal.

Dix-sept après, il suffit de faire un tour dans les cimetières de Mbao, Kantène, Kabadio où Tubakuta dédiés à ces disparus qui n’avaient que pour seul tort d’avoir choisi le seul ferry qui assurait la liaison entre Dakar et Ziguinchor, pour se rendre compte du peu de scrupules et de remords de ceux-là qui aujourd’hui, seront à nos côtés au nom du Président de la République pour verser des larmes, encore des larmes en guise de soutien à la grosse douleur enfouie dans la mémoire de ces parents ou orphelins qui continuent encore d’attendre.

Dix-sept plus tard, au Sénégal l’Etat continue d’être Responsable mais jamais coupable. Comment dans ce cas, exiger une introspection des populations qui constatent tous les jours les déviances de cette élite à qui Tout semble être permis. De ce fait, les enfants des disparus de ce naufrage ont fini de grandir dans l’injustice et l’indifférence totales. Et comment comptons nous les regarder dans le blanc des yeux pour leur affirmer qu’ils sont effectivement « Sénégalais à part entière » au moment où l’Etat ne cesse de leur démontrer le contraire. Cette bulle entrevue en dix-sept années de promesses et de mensonges a tellement gonflé au point de devenir cette énième bombe sociale.

Dix-sept ans, serrons nous les coudes Nous parents et proches de disparus et osons croire que cet état qui ne peut même pas entretenir les cimetières où reposent nos proches, ne pourront jamais renflouer un bateau. Tout est dans la démarche. Alléluia

Pape Sané
Rédacteur en chef du
Quotidien SourceA
Email : paysane@yahoo.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici