Koungheul : Heurts entre Gendarmes et « Jakartamen », la brigade saccagée

Rien ne va plus entre les conducteurs de motos de Jakarta et les forces l’ordre à l’intérieur du pays. Il y’a quelques mois, la ville de Thiès a été le premier point chaud avant de voir le Maire s’impliquer pour sauver les meubles. Il y’a à peine quelques semaines, c’était la ville de Bignona qui a failli basculer à la suite de contrôles intempestifs sur ces jeunes qui assurent le transport urbain dans ces contrées oubliées. Aujourd’hui, le pire s’est produit à Koungheul (Kaffrine) où les jeunes, exaspérés, se sont violemment opposés aux gendarmes. Résultat des courses, la brigade a été saccagée.

Pour montrer leur courroux aux autorités qui avaient décidé d’appliquer plusieurs décisions alors qu’un consensus avait auparavant trouvé, les «  Jakartamen », les nouveaux taximen de l’intérieur du pays, ont voulu manifester. Mal leur en pris car les gendarmes ne l’entendaient pas de cette oreille puisque ces jeunes n’avaient pas d’autorisation.

Mais c’était sans compter avec la détermination de ces jeunes qui par centaines ont forcé le maigre dispositif mis en place par les gendarmes. Ces derniers, dépassés ont été obligés de reculer et de faire appel à un renfort pour endiguer la vague déferlante qui commençait à devenir violente.

Carte grise, assurance, port obligatoire du casque sont à l’origine du courroux des jeunes qui accusent le Préfet de jouer un double jeu.

Pour rappel, le Maire, le Préfet, le Commandant de la brigade de gendarmerie et les représentants des « Jakartamen » s’étaient réunis pour instaurer l’obligation de l’assurances et de la carte grise ainsi que le port obligatoire du casques aux conducteurs. Mais, pour ces derniers qui en sont venus aux mains avec les gendarmes, le consensus a été trouvé sur le port du casque et l’assurance en attendant de s’organiser pour l’établissement de la carte grise.

Selon Saloum Wilane, l’un des responsables des conducteurs de Jakarta, « En réunion devant le Préfet, nous avions accepté les décisions de ce dernier en lui demandant d’étaler l’obtention des documents dans le temps car beaucoup d’entre nous, n’avaient pas de carte d’identité pour les uns et, pour les autres, de convenir avec les propriétaires sur les moyens à dégager pour se conformer ».
« Mais, à peine dix jours après cette réunion, les gendarmes nous ont pris pour cible en nous faisant payer des amendes forfaitaires onéreuses alors qu’un accord a été trouvé. Il faut qu’on nous laisse le temps (2mois) pour être conforme car cela nous arrange également dans la mesure où nous sommes régulièrement accusés de vol et même de meurtre », soutient MR Wilane.

Ces échauffourées ont conduit au saccage de la brigade de gendarmerie, la fermeture de la route nationale à cause des nombreux pneus allumés par les manifestants. Selon des témoins, deux jeunes manifestants ont été gravement blessés ainsi qu’un gendarme.

Avec l’arrivée des éléments de la compagnie de gendarmerie de Kafrine, le calme semble revenu même s’il faut noter une chasse aux fauteurs de trouble qui vient d’être lancée par les hommes en bleu pour mettre la main sur les frondeurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici