Espionnage : Xavier Niel le patron de Free, espion au service du renseignement français !

Le dirigeant du fournisseur d’accès Free et de l’opérateur Free Mobile a connu une jeunesse pour le moins tumultueuse. Durant un entretien pour la chaîne LCP, Xavier Niel a révélé avoir espionné Renault pour le compte des renseignements français !

 

Renault piraté par le fondateur de Free

Durant sa jeunesse, Xavier Niel a flirté avec l’illégalité : il confesse ainsi à Guy Lagache avoir fait des « bêtises » quand il était jeune. En 1986, alors qu’il abandonne les études, il pirate ainsi des décodeurs de Canal+ : « Il y avait quelque chose de grisant de réussir à contourner quelque chose qui ne semblait pas pouvoir être contourné », explique-t-il. Rapidement intercepté par la police, il se voit proposer un petit boulot : aider les forces de l’ordre à mieux connaitre les systèmes informatique.

Le futur fondateur d’Iliad accepte le marché et devient un « honorable correspondant » du service des renseignements du ministère de l’Intérieur, la fameuse direction de la surveillance du territoire (DST). « On va leur dire ce que l’on trouve, ce que l’on voit, les tenir au courant », explique-t-il. Il explique qu’en 1986, il se retrouve « dans la presse » pour avoir « piraté la base de données des téléphones portables français »… y compris celui du président de la République François Mitterrand !

Cette histoire de piratage touche aussi « un grand groupe automobile français ». Il ne révèle pas le nom de l’entreprise, mais on comprend qu’il s’agit de Renault. « On voit qu’il y avait des gens qui arrivaient de l’étranger et qui n’avaient pas la même finalité que nous puisqu’ils téléchargeaient énormément de données », explique-t-il également.

Xavier Niel profite de l’occasion pour vider son sac. Il pense que TF1 serait derrière sa mise en examen pour proxénétisme aggravé (le soupçon porte sur des investissements dans des établissements à caractère pornographique), pour lequel il a fait de la prison puis finalement blanchi. Le dirigeant est alors « en guerre contre TF1 à ce moment sur les box »… Il estime également que sa condamnation pour recel d’abus de bien social, pour lequel il a payé 250.000 euros, est la conséquence de l’action d’une « addition de personnes ».

Atlanticactu.com Avec LCP 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici