Dernière Minute : Cap Skirring, la dame atteinte à l’œil n’est pas décédée (Vidéo)

L’annonce de la nouvelle de la mort de la dame atteinte à l’œil a fait l’effet d’une bombe au Cap Skiring qui se remettait des violents affrontements de samedi entre gendarmes et populations.. Mame SEYE, c’est son identité, est toujours vivante même si son état n’est pas des meilleurs, selon des sources médicales. Cette dame avait été atteinte à l’œil par un projectile lors des « émeutes de l’eau » qui avait fait plusieurs blessés graves et arrestations. Très touchée, elle avait été évacuée à l’hôpital de Ziguinchor pour une prise en charge.

Après plusieurs recoupements, Atlanticactu est en mesure de certifier que la dame Mame SEYE atteinte à l’œil le samedi dernier au Cap Skiring est toujours en vie mais en soins intensifs à Ziguinchor où elle avait été évacuée quelques heures après sa blessure. La dame Mame SEYE mère de famille est une des nombreuses victimes collatérales de cette manifestation contre la pénurie de l’eau accentuée depuis l’ouverture de l’industrie « La Casamançaise », selon les manifestants.

Selon plusieurs sources, Mame SEYE qui est une restauratrice, a ouverte une échoppe devant son domicile où les clients venaient prendre le petit-déjeuner. Ce samedi, s’affairant à accueillir ses clients, les affrontements ne lui ont pas permis malheureusement de se retirer rapidement. Elle recevra un projectile à l’œil.

Vendeuse, mère de famille, Mame SEYE est une victime collatérale de la charge démesurée des gendarmes comme plusieurs autres blessés. « Mame SEYE a été atteinte par un éclat de grenade et non une balle », selon une source sécuritaire.

Les violences au Cap Skiring continuent d’alimenter les rumeurs les plus folles. Mais, comme l’a si bien décrit Babacar Justin Ndiaye, « Les populations avaient plus besoin de citernes d’eau que de pelotons de la gendarmerie« . Et de poursuivre, « On ne réprime pas une colère (tumultueuse) liée à une pénurie d’eau. C’est politiquement aberrant ».

Si au niveau des populations qui brandissent des douilles de munitions, leurs proches ont été atteints par des balles réelles, il en est autrement du côté des services de sécurité. Selon des sources proches de l’enquête, « Effectivement, des balles ont été tirées mais en guise de sommation car la foule devenait de plus en plus menaçante. Ces douilles brandies par certains sont des munitions tirées en l’air pour faciliter le repli des troupes ».

Quant au projectile qui atteint la brave mère de famille, « Ce serait plutôt un éclat de grenade qui est l’origine de sa blessure autrement, il y aurait eu deux orifices, une devant avec l’impact de la balle et une autre à l’arrière causée par la force cynégétique de la munition qui devrait être un 9mm, munitions utilisées dans nos services de sécurité ».

D’ailleurs, tient à préciser cette même source, « Nous menons une enquête sous la supervision du Procureur de la République et tout manquement (il y en a forcément) sera porté à sa connaissance et il lui reviendra de prendre les mesures appropriées ».

Cette blessure qu’on dit par balle, interpelle les autorités sur le type d’armes utilisé dans le cadre d’une opération de maintien de l’ordre. Car, c’est souvent le cas lors de la répression des manifestations et les coupables sont rarement retrouvés. Comme les cas de l’étudiant Fallou Sene et tant d’autres.

Rose Diedhiou (Atlanticactu.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici