Commémoration du Joola : On assiste d’année en année à une banalisation de l’état

Si on voulait vraiment effacer la naufrage du Joola des mémoires, l’Etat ne s’y aurait pas pris autrement. De promesses non tenues depuis 2003, la tendance actuelle est à la banalisation de l’anniversaire. Non content de n’avoir jamais voulu chercher de coupables dans ce drame qui est unique au monde, ce qui est considéré comme une fuite de responsabilité s’est traduit le 26 septembre dernier par l’absence des autorités au cimetière du Joola de Mbao.

Une Commémoration du naufrage le Joola au cimetière de Mbao sans la présence de l’État du Sénégal, c’est l’offre gouvernementale après les absences régulières au niveau de Kabadio, Kantene, Basori et Tubakuta en Gambie. Depuis le lendemain du drame, ces cimetières ont été laissés à eux dans un état de délabrement qui frise l’ignominie.

Aucun ministre, ni le gouverneur de Dakar encore moins le préfet pour un naufrage de plus de deux mille morts. Les familles des victimes sont laissées à elles-mêmes. Pourtant cette affaire tout le peuple sénégalais. Tel est le triste spectacle offert aux proches des disparus. Mais hélas !

Pour moins que ça, des pays ont dédié des monuments et même des jours fériés pour rappeler tous les jours que des innocents ont payé pour les errements du gouvernement

Qu’est ce qui empêche l’État du Sénégal de déclarer le jour du 26 septembre « journée du souvenir du naufrage »? Pas chômé et payé mais qu’on observe un moment de souvenirs et de recueillement à l’endroit des victimes dans tous les bureaux, lieux de travail, mosquées et églises.
Nous avons le devoir de se souvenir pour que ça ne se reproduise plus !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici