Amélioration de la filière Cajou, les USA mettent 38 millions de dollars pour le Sénégal, la Gambie et la Guinée Bissau

Le projet régional de la chaîne de valeur de la noix de cajou du département de l’Agriculture des États-Unis (USDA) (FFPr) met en œuvre un projet de 38 millions de dollars sur six ans en Gambie, au Sénégal et en Guinée-Bissau, qui améliorera la chaîne de valeur régionale de la noix de cajou pour améliorer le commerce des noix de cajou transformées sur les marchés locaux et internationaux.

Le projet régional pour la chaîne de valeur de la noix de cajou du ministère américain de l’Agriculture (USDA) Food For Progress (FFPr) met en œuvre un projet de 38 millions de dollars sur six ans en Gambie, au Sénégal et en Guinée-Bissau qui améliorera la chaîne de valeur régionale de la noix de cajou pour améliorer le commerce des noix de cajou transformées sur les marchés locaux et internationaux. Le 29 janvier 2020, l’ambassadeur américain en Gambie R. Carl Paschall et le ministre gambien du Commerce, de l’Intégration régionale, de l’Industrie et de l’Emploi, Lamin Jobe, ont pris la parole lors d’une cérémonie de lancement à Dakar, au Sénégal, de la chaîne de valeur régionale de l’USDA Food for Progress pour la noix de cajou projet, également appelé Linking Infrastructure, Finance, and Farms to Cashews (LIFFT-Cashew). Lors de l’événement de lancement, de nombreux responsables gouvernementaux, ainsi que des dirigeants du secteur privé de Gambie, du Sénégal et de Guinée-Bissau, ont discuté de l’intégration régionale de la chaîne de valeur de la noix de cajou.

L’Ambassadeur Paschall a souligné l’importance de créer des opportunités pour les producteurs et les transformateurs afin de stimuler le développement économique

Les États-Unis étaient représentés par l’ambassadeur des États-Unis en Gambie, Richard Carlton Paschall III, et l’ambassadeur des États-Unis au Sénégal et en Guinée-Bissau, Tulinabo Salama Mushingi. Les deux ambassadeurs américains ont souligné la nécessité d’une collaboration entre les trois pays. L’Ambassadeur Paschall a souligné l’importance de créer des opportunités pour les producteurs et les transformateurs de stimuler le développement économique et de travailler ensemble pour répondre aux besoins des marchés locaux et internationaux. Dans ses remarques, l’Ambassadeur Paschall a déclaré: «Je pense que la politique gouvernementale qui encourage le développement axé sur le marché et l’intégration régionale du secteur de la noix de cajou, par le biais du secteur privé, est essentielle pour intégrer la chaîne de valeur de la noix de cajou et atteindre l’objectif du projet. Cela contribuera à stimuler le développement économique et à inciter à la création d’emplois dans la région en répondant aux exigences de la demande du marché. »L’Ambassadeur Mushingi a fait écho à ce message en récitant le célèbre proverbe:« Si vous voulez aller vite, allez-y seul. Si vous voulez aller loin, allez ensemble. »À leur tour, les représentants gouvernementaux des pays bénéficiaires ont souligné l’importance d’ajouter de la valeur au secteur de la noix de cajou de leur région, car seulement 5 à 6% seulement de la noix de cajou produite est transformée localement. La facilitation de la transformation des noix de cajou dans la région créera de nouveaux emplois et augmentera les revenus, attirera plus d’investissements dans le secteur de la noix de cajou et créera un développement socio-économique durable.

Après la cérémonie d’ouverture, les participants à l’atelier ont discuté des questions clés pour le secteur de la noix de cajou, y compris l’accès au financement, les liens du marché entre les coopératives et les transformateurs, la certification biologique et les stratégies gouvernementales pour faciliter l’intégration régionale. Au cours de la session de groupe, les représentants du gouvernement ont discuté de l’intégration régionale et des rôles des trois gouvernements dans le soutien aux acteurs de la chaîne de valeur de la noix de cajou. Le groupe du secteur privé, qui comprenait des coopératives agricoles, des transformateurs, des investisseurs et des institutions financières, a discuté des défis et des opportunités auxquels ils sont confrontés, de l’importance des liens entre les acteurs de la chaîne de valeur et du soutien dont ils ont besoin de la part de leurs gouvernements pour soutenir les ventes collectives, la transformation et les exportations.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici